Mode & Beauté

Les pères qui s'impliquent dans la première année de la naissance de leur enfant sont moins sujets à la dépression

CoverMedia

23.9.2020 - 17:34

Father hugging little boy on field path When: 09 Oct 2017 Credit: HalfPoint/Westend61/Cover Images
Source: HalfPoint/Westend61/Cover Images

Selon une étude menée par une université californienne, il serait bon pour les jeunes pères de passer du temps avec leur enfant. Cela réduit les risques de dépression.

Les pères qui s'impliquent dans les premières années de la vie de leurs enfants sont moins sujets à la dépression, selon une étude de la California State University. Les scientifiques ont découvert que les pères qui jouaient et interagissaient avec leur bébé durant au moins la première année de sa vie avaient un bien moindre taux de symptômes dépressifs.

Pour ce faire, les chercheurs ont étudié 800 hommes, d'un mois après la naissance de leur enfant, jusqu'à un ans après. Ils ont examiné trois facteurs : le temps passé avec l'enfant, l'efficacité parentale, et le soutien matériel de l'enfant. Les symptômes dépressifs étaient vérifiés à intervalles réguliers : un mois, six mois, et un an après la naissance.

Ceux qui avaient passé plus de temps avec leur enfant avaient moins de symptômes dépressifs un an après. « Nous avons découvert que ceux qui passaient plus de temps avec leur bébé rapidement après la naissance avaient moins de risques d'être déprimé un an plus tard », explique l'auteur de l'étude, le docteur Olajide N. Bamishigbin Jr.

Il note notamment que les pères se sentent plus compétents dans leurs capacités parentales, ce qui pousse à avoir moins de soucis de santé mentale. Les chercheurs encouragent ainsi à ce que le congé paternel soit plus développé, afin que les pères puissent passer plus de temps avec leur famille, ce qui aura un meilleur impact sur leur santé mentale.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia