Les personnes obèses devraient mesurer leur propre tour de taille

CoverMedia

9.10.2017 - 13:26

Man measuring his waist with tape measure. When: 21 Nov 2012 When: 21 Nov 2012 **Only for use by WENN CPS**
Covermedia

(Cover) - FR Fitness & Wellbeing - Les personnes obèses devraient mesurer leur tour de taille, afin de mincir. Des docteurs et des experts santé sont confiants dans le fait que des patients en surpoids pourraient s’aider à perdre du poids en mesurant leur tour de taille afin de se responsabiliser.

Des médecins britanniques sont inquiets à l’idée que mesurer et peser les gens n’ait pas d’impact sur la santé, et ils déclarent que les patients seraient plus tentés de travaller sur leur corps s’ils jouaient un rôle proactif dans leur quête d’un poids plus stable. Le professeur Helen Stokes-Lampard, du Royal College of GPs (RCGP) veut que les individus mesurent leur propre pression sanguine et leur tour de taille chez le médecin, en expliquant que s’ils le font eux-mêmes, ça les encourage à être plus intéressés par leur santé. « Et là où le poids est concerné, et nous savons que l’obésité est un grand problème, cette approche proactive les met devant leur propre conscience : ce n’est pas quelque chose de passif sur lequel ils n’ont aucun contrôle. Certains cabinets le pratiquent déjà. Vous avez besoin d’un peu d’espace et d’intimité, car la plupart des gens ne veut pas mesurer sa taille dans la salle d’attente, ils préféreraient faire ça dans un coin tranquille. »

Le taux d’obésité en Grande-Bretagne est en augmentation : deux adultes sur trois sont en surpoids ou obèse, ce qui place le pays parmi les pires d’Europe en la matière. Tam Fry, du National Obesity Forum est d’accord avec le professeur Stoke-Lampard et trouve que c’est une « grande idée », qui pourrait empêcher le gouvernement de dépenser des millions en « babysittant et en harcelant le public ». « C’est une bonne idée que les patients mesurent leur propre taille, poids, et tour de taille en attendant leur rendez-vous. Ensuite, le médecin peut donner son avis clinique et des conseils, et le patient se sent concerné. Ca libère les gens. Nous devons promouvoir le bien-être et la prévention, plutôt que de soigner des maladies. »

Cover Media

Retour à la page d'accueil

CoverMedia