Mode & Beauté

Paris Fashion Week : le défilé Koché annonce un printemps/été 19 sous le double signe de la couleur et de l’inspiration asiatique

CoverMedia

26.9.2018 - 13:17

Source: Covermedia

Défilé prolifique et impressionnant de Koché, le 25 septembre à Paris ! La jeune créatrice Christelle Kocher a montré qu’il fallait compter avec elle.

Christelle Kocher, Française formée à la Central Saint Martins de Londres et finaliste du LVMH Prize, gravit doucement les échelons qui font d’elle une des figures de la mode qui va s’installer et durer dans le paysage. Jeune femme moderne, cette trentenaire qui connaît bien le métier pour être passée par de prestigieuses maisons, a décidé de faire de sa marque Koché un étendard d’une mode pour toutes les femmes. « Il y a une dimension féministe sous-jacente dans ma marque, dans les symboles, dans les corps que j’ai envie de montrer », dit-elle.

Chez elle le vêtement est gracieux, cousu main, extrêmement raffiné et technique. Il est réalisé avec des artisans français (perles, broderies, plumes, puisqu’elle collabore avec le dernier des grands plumassiers français, Lemarié). Mais il peut être aussi streetwear et abordable. Ce défilé mixte printemps/été 2019, luxuriant, s’inscrit pleinement dans cette double direction. On se contentera du côté féminin du défilé.

Le caractère facile à porter, très estival et coloré, s’inscrit dans des robes légères, à bretelles multiples, qui conservent cette tendance esquissée l’an dernier du pan arrière plus long que celui de devant, des pantalons larges, des robes bien coupées mais qui sont faites pour bouger, marcher sans contrainte.

Les pièces qui sont proches de la haute couture – tel ce top d’un tissu tellement fin qu’il en est invisible et ne laisse voir que les motifs en vaguelettes et fleurs créés par des sequins argentés et Swarovski, ou bien le top et le legging coordonné noir et argent– sont d’une élégance et d’un raffinement extrêmes.

Deux options frappent d’emblée : les couleurs et les motifs. Les couleurs sont vives. Des rouge, rose shocking et rose fuchsia, orange, vert fluo, bleu cobalt, jaune, et bien sûr du noir à profusion, seul parfois (un superbe smoking) mais surtout associé à des couleurs vives pour marquer le contraste (pantalon noir oversize et veste fuchsia ; jupe courte noire, large ceinture de satin orange et top volanté rose, par exemple).

Les motifs sont soit géométriques (de toute sorte), soit des drapeaux de tous les pays faisant une frise colorée (ou garnissant entièrement un long manteau), soit des fleurs, poissons, dragons ; soit ils sont écossais (sur un long trench aux manches zébrées de rouge). Les pois blancs sur fond noir, qui sont parfois mélangés sur une pièce ou associés dans des rencontres saisissantes, occupent une place à part dans ce défilé tonique et élégant.

L’Asie, toute l’Asie, est un des fils conducteurs du défilé. D’emblée, les motifs orientaux de la première robe du défilé servent d’introduction à des robes courtes, près du corps, dont la découpe et le col, soulignés de dentelle, évoquent les tuniques des femmes de Chine ou du Viet-Nam. Puis ce sera une robe en satin noir, cernée d’une bande de couleur, qui rappelle les étoffes asiatiques. Et encore un top en satin, au boutonnage des chemises d’Asie et bordé de blanc, qui se porte sur un large pantalon de satin noir, bordé de rouge.

Le streetwear rencontre le raffinement asiatique millénaire. Les bijoux de tête qui recouvrent en partie le visage, telle que pourrait en être ornée la future épouse d’un maharadjah, et les longs et fins pendants d’oreille qui apparaissent à plusieurs reprises, quant à eux, évoquent le luxe et le mystère.

Pêle-mêle, on note aussi les chaussettes courtes portées avec des sandales à talons, les collants de couleurs vives, les leggings qui servent de pantalon ou qui apparaissent sous une robe et des semi-bottines en cuir et résille, les slip dress.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia