Mode & Beauté

Paris Fashion Week : le printemps/été 19 de Dries Van Noten est sous le signe de la profusion

CoverMedia

27.9.2018 - 13:50

Source: Covermedia

Le défilé Dries Van Noten printemps/été 2019 offre aux fashionistas des occasions superbes de montrer qu’elles ne craignent pas l’innovation. Les détails (nombreux) apportent le twist à des pièces toujours impeccablement coupées, et ce sont eux qui feront la différence.

Surprise avec le défilé Dries Van Noten : les sequins de plastique translucide (déjà aperçu ailleurs) aux couleurs vives (jaune, vert eau) qui recouvrent des tops, robe, jupe ou servent de dentelle en bas d’une robe de type K-Way interrogent d’emblée sur les intentions du créateur. Et l’on ne sait pas où donner de la tête face à ses 62 looks si contrastés.

On repère les nombreux manteaux, pièces maîtresses sur lesquels le styliste a exercé son savoir-faire. Et l’on est ébloui par l’inventivité et leur élégance, que ces manteaux soient monochromes comme un imper blanc, un long manteau de pluie bleu Klein, une cape de pluie à capuche kaki, ou un pardessus noir à gros boutons ; graphiques comme ce manteau d’été en voile imprimé de motifs végétaux ou celui à rayures blanches et noires en diagonale ou encore ce manteau blanc au haut pictural comme un tableau de Matisse, ou bien bicolore blanc cassé, bleu et motifs de bleuets et fleurs présents sur un seul côté. Un manteau orange à motifs de marguerites blanches, de fleurs bleus et de roses apporte une touche printanière et poétique par rapport à un trench orange uni, fermé par de longs lacets.

Mais comment rendre compte de la profusion des motifs, comme ces rayures en diagonale sur des robes et manteaux, longues jupes et vestes, ou bien comme ces fleurs parsemées sur des robes, des tops, des manteaux ? Comment relever tant des détails, telles ces demi-résilles de couleurs vives appliquées ici sur une jupe crayon, là sur un top ? On repère aussi de longues franges fines qui battent sur la poitrine, parfois attachées par des dentelles à des vestes ou chemises à partir des épaules.

Sans étonnement, puisque ce n’est même plus une tendance mais quasiment une règle depuis quelques années, on constate que les motifs peuvent se marier entre eux et cela d’autant plus que l’on les jugerait incompatibles (fleurs et rayures diagonales, par exemple).

On note aussi les impeccables tailleurs pantalons à l’allure masculine et aux jambes XXL et les petits pantalons droits. Au passage, on aperçoit quelques effets de transparence et des superpositions (dont le très osé top en grosses paillettes jaunes en plastique, porté sur une jupe midi à rayures diagonales jaune et blanc, ajustée par une jupe plus courte bleu à gros motifs floraux vaguement chinois, le tout emballé dans un imperméable en pvc à rayures diagonales blanc et bleu).

« Food for thought », de quoi nourrir la réflexion, et susciter l’admiration tant la créativité se déploie sur chaque pièce.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia