Mode & Beauté

Paris Fashion Week printemps/été 2019 : défilé Chloé, le boho chic en pleine forme

CoverMedia

28.9.2018 - 13:09

Source: Covermedia

Chloé a décidé de présenter sa collection Printemps/Été 2019 dans les couloirs de la Maison de la Radio. Du boho chic pour femmes de style qui aiment faire bouger leurs pendants d’oreille ethniques au soleil d’Ibiza ou de Saint Tropez.

Nathalie Ramsay-Levi poursuit une relecture efficace du dictionnaire maison des tendances Chloé. Et elle sait capter dans l’esprit hippie des années 1970 ce qui fera mouche, mixé aux exigences de 2019.

Ainsi cette combinaison beige, flottant largement sur les jambes aux finitions asymétriques, pourvue d’une seule manche, la taille cerclée d’une ceinture en cuir qui retient un foulard et d’une seconde ceinture, faite de corde de bateau tressée (un des accessoires de ce défilé). Les pendants d’oreille ethniques imposants s’arrêtent à la limite du col. Les sandales ne sont pas indiennes, comme chez les hippies d’origine, mais bien en cuir marron.

Des années 1970, la styliste a retenu aussi les tissus à larges motifs colorés, cachemire ou floraux, voire les deux ensemble. Les pantalons sont larges, parfois frangés. Les minirobes et les shorts sont de saison, mais on n’oublie pas leur date de naissance. Les robes longues en maille près du corps et fendues, malgré leur allure contemporaine, sont elles aussi empruntées au vocabulaire de la mode des années 1970. Et l’on ne dira rien des blouses paysannes blanches, qui concluent avec fraicheur le défilé ou de la robe de déesse grecque parsemée de pierreries.

Dans le même ordre d’idée, Nathalie Ramsay-Levi se saisit des carreaux en crochet pour donner de la transparence (un long manteau blanc qui laisse voire un maillot de bain rose tyrien). Ou propose ce travail de crochet sur une minirobe filet de pêche blanc et beige, pourvue d’un large trou sur la poitrine, tandis que la version longue et débardeur se mêle à une mousseline et se porte sur un t-shirt.

Toujours dans un esprit hippy, elle va chercher aussi son inspiration en Asie du Sud-Est, telle cette robe courte ou cette jupe que l’on croirait directement taillées dans un tissu des Célèbes.

Hormis les imprimés, la palette s’organise autour du blanc, des beiges (clair, nude, un peu plus chaud), de bruns et ocres chauds, de gris mâtinés de rose, de bleu qui, clair ou foncé, est souvent comme délavé. Le noir n’est pas absent, mais relativement discret. Les rencontres sont toujours harmonieuses.

Alors qu’y a-t-il de contemporain dans ce mélange de codes anciens ? Tout, car tout est revisité, réapproprié. Le vocabulaire est là, mais la syntaxe a changé. Et nous sommes bien en 2019 avec ce défilé qui donne hâte d’être en été...

Retour à la page d'accueil

CoverMedia