Mode & Beauté

Paris Fashion Week printemps/été 2019 : Paco Rabanne, sous le signe de l’Orient

CoverMedia

28.9.2018 - 13:09

Source: Covermedia

Paco Rabanne reste Paco Rabanne. Ce défilé printemps/été 2019 déssiné par Julien Dossena magnifie l’Asie en lui superposant la créativité d’un travail du métal qui est l’ADN de la maison.

Julien Dossena, qui préside à la création de Paco Rabanne depuis quelques années, a lui aussi cédé aux sirènes de l’Orient, avec une préférence pour l’Asie. On sait déjà que ce sera une des tendances fortes de la saison prochaine, ce goût de l’Asie. Le défilé qui s’ouvre sur la voix de Gainsbourg qui évoque Aphrodite et Salomé va d’un bon pas. Et nous entraîne au pays inderterminé des Mille et Une Nuits.

Des sarongs que l’on drape à la taille et qui savent laisser voir les cuisses donnent le la. Des tissus fluides, chatoyants aux motifs floraux font entrer de plain-pied dans un univers exotique. Des chaussures japonaises, ces fameuses geta à plateforme, que l’on a vues dans d’autres défilés et qui sont ici revisitées, confirment que l’on regarde du côté du monde où le soleil se lève.

Les hanches des mannequins sont ceintes de ceintures de danseuses orientales, qui font le lien entre l’ADN de la maison fondée par Paco Rabanne, le travail du métal, et les coutumes orientales. Le lamé se superpose à des sarongs, parfois rebrodés d’or comme ceux qu’utilisent les mariées indonésiennes. Le voile aussi, qui quitte son Moyen Orient natal pour se superposer sur de longues slip dress. Le métal se mêle au tissu et se déploie en top minuscule porté sur un chemisier.

Et, surtout, on retrouve avec plaisir ces tuniques (longues, courtes) en dentelle de métal, portées sur un soutien-gorge et un pantalon, sur une longue jupe.

La transparence est à l’honneur avec des jeux de dentelles, et, bien sûr, avec les nombreuses tenues en treillis de métal.

Les superpositions (longue tunique sur robe, surjupe sur jupe longue, débardeur métallisé sur chemisier, n’alourdissent pas la silhouette tant les étoffes sont raffinées et les coupes près du corps.

Mais le styliste ne se contente pas d’emmener son monde dans un Asie mythique. En faisant entrer ici un tailleur pantalon qui pourrait être celui d’une executive woman ou un autre en tissu argenté, ou bien encore en adaptant un perfecto aux chaleurs de l’Orient en lui retirant ses manches, il intègre l’Asie d’aujourd’hui, qui joue, elle aussi, avec nos codes vestimentaires et se les approprie pour mieux les détourner.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia