Polémique : et si la mode s’intéressait enfin aux personnes handicapées ?

CoverMedia

29.3.2018 - 13:10

Source: Covermedia

La mode, autrefois espace protégé sur lequel se projetaient les fantasmes de l’idéal, n’est pas épargnée par les débats de société. Aujourd’hui, elle s’intéresse enfin aux personnes handicapées.

La mode vend du rêve, autant dire du vent. Mais le vent peut parfois se transformer en tempête médiatique. C’est ce qui se produit en ce moment quand la question des stéréotypes et des différences est posée crument sur la table. Les normes sont contestées, qu’elles soient de genre, de taille, de poids, de couleur ou d’âge. Et la question du handicap vient, elle aussi, remettre en cause les idées reçues. Est-ce une vraie prise de conscience que les modèles véhiculés par la mode et les images de la mode sont plus excluant qu’inclusifs ? Ou bien n’est-ce qu’une mode passagère, un façon de rebondir sur l’air du temps sans rien céder de ses fondamentaux ?

Jean-Paul Gaultier avait déjà tenté de briser les stéréotypes dans les années 90, mêlant jeunes et vieux, silhouettes de rêve et corps dits « normaux » dans ses défilés. Il n’a guère été suivi, sinon sporadiquement.

Des mannequins amputés se font çà et là remarquer, comme Jillian Mercado, qui a posé pour la marque de Beyoncé. Mais plus qu’une lame de fond, il semble bien qu’elles ne soient que l’arbre qui cache la forêt du rejet du handicap, qui traverse toutes les couches de la société, dans un pays où les entreprises préfèrent payer des amendes plutôt qu’employer des travailleurs handicapés.

Cependant, une autre façon de faire peut être porteuse de sens. Celle-ci s’adresse directement aux personnes qui ont des difficultés pour se vêtir en raison de leur handicap, mais n’ont pas l’intention de renoncer à suivre la mode ou à être stylées.

Dès 2006, Chris Ambraisse Boston avait lancé son association Mode et Handicap et fait un défilé remarqué en 2012. Aujourd’hui, le relève vient de Open Style Lab (OSL), en partenariat avec la NY Parsons School of Design, qui conçoit des modèles adaptés et branchés. Tommy Hilfiger a créé la ligne Tommy Adaptive, où velcro et fermetures magnétiques rendent plus faciles des gestes du quotidien affectés par le handicap. La marque de chaussures Zappos Adaptive est née après qu’un grand-père a appelé la marque pour rendre une paire de baskets que son petit-fils autiste ne pouvait pas fermer seul. On peut reprocher à la marque de se cantonner au streetwear, mais c’est un premier pas.

Souhaitons que les marques soient de plus en plus nombreuses à créer des vêtements portables par des personnes qui vivent avec un handicap.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia