Polémique fashion : la transparence

CoverMedia

9.1.2018 - 13:10

Covermedia

Paradoxale époque : alors que l’on veut couvrir les tableaux dénudés dans les musées, les stylistes joue la transparence qui expose l’intimité des corps. Pour ou contre ?

La mode retrouve toute sa force provocatrice dans une de ses tendances de l’été 2018 : la nudité y est magnifiée, et dans sa forme la plus sensuelle, c’est-à-dire cachée derrière des superpositions de voiles ou tissus plus ou moins transparents. Dolce & Gabbana, Dior, Paco Rabanne, Joseph, MiuMiu, Fendi, Jill Sander ou Emilia Wickstead ont fait défiler des mannequins dont la longueur des robes et les petits cols sages ne pouvaient avoir pour prétexte la pudeur tant les tissus dont elles sont fabriquées ne cachaient rien du corps nu, ou presque, qui le portait. L’effet est élégant et met en valeur un corps déjà impeccable. Mais qu’en est-il quand ce n’est pas le cas, protestent les autres (la très large majorité qui n’a pas ou plus la plastique adaptée à ce genre de fantaisie). Or la polémique touche aussi à l’exposition du corps féminin, de plus en plus mal vécue et perçue comme un encouragement au non-respect, voire un appel à la violence. Il ne faut pas tout confondre, répondent celles qui ne pensent pas que c’est le vêtement qui crée les mauvaises attitudes, mais une mauvaise éducation. La transparence des étoffes est-elle provocation, hymne à la pureté, expression d’un désir de retour aux sources du Jardin d’Eden ? Ou tout à la fois ? Elle est en tout cas un signe qui montre combien l’univers de la mode se fait le reflet des préoccupations de son temps. Avec légèreté !

Retour à la page d'accueil

CoverMedia