Mode & Beauté

Pour éviter les risques de cancer, mangez sainement

CoverMedia

19.9.2018 - 15:59

Source: Covermedia

On ne le dira jamais assez : une nourriture saine vous garde en bonne santé. Une étude de l'INSERM publiée dans PLOS Medicine vient enfoncer le clou et met en avant l'importance d'un code couleur clair pour classifier les aliments.

Nous savons tous que la santé passe parce ce qu’on a dans nos assiettes, mais une nouvelle étude vient de confirmer – s’il était besoin – que bannir la junk-food de votre alimentation est la solution pour éviter les maladies. Et l’étude publiée dans PLOS Medicine met l’accent sur le fait qu’une nourriture riche en sel, sucre et graisse augmente les risques de cancer du système digestif.

Les chercheurs ont étudié les choix alimentaires listés par près d’un demi million d’Européens. La British Food Standards Agency a établi une échelle calculant le taux de graisse, de graisse saturée, de sucre et de sel dans les aliments, classés en trois couleurs : rouge, ambre et vert. Par exemple, les aliments comme les gâteaux, les biscuits, les lasagnes, le ketchup et les aliments transformés sont considérés comme les moins sains, donc avec une étiquette rouge. Les personnes mangeant le plus souvent les aliments les moins sains avaient 11% de risques en plus de développer un cancer, comparé à ceux qui avaient un régime alimentaire sain. Les choix alimentaires des sujets ont montré un impact significatif sur les cancers digestifs, avec de plus forts taux de maladie au niveau du colon, de l’estomac et de la trachée digestive chez tous les sujets.

« Dans cette grande cohorte européenne venant de plusieurs nations, ceux qui consomment généralement des produits avec une faible qualité nutritionnelle sont les plus à risques de développer un cancer », a conclu la recherche menée par la scientifique Mélanie Deschasaux de l’Institut National de la Santé et de le Recherche Médicale (INSERM). Selon elle, ces résultats mettent aussi en lumière l’importance et le « bien fondé » d’étiqueter les aliments selon une échelle de couleurs pour que le consommateur puisse faire son choix en toute conscience lorsqu’il fait ses courses.

Ce système de classification a de nombreux détracteurs, à commencer par les lobbies de l’alimentation, comme l’avait souligné Elise Lucet dans un numéro de Cash Investigation diffusé en 2016 et intitulé Industrie alimentaire : business contre santé. Depuis, en France, un code couleur a été adopté, le Nutri-Score, mais qui rencontre également plusieurs critiques. Il est tout d’abord facultatif et ne prend pas en compte la présence d’additifs, d’antibiotiques et d’OGM.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia