Pour vivre vieux, arrêtez de fumer et ayez une vie sociale riche !

CoverMedia

22.6.2020 - 17:32

Happy senior couple playing cards and taking a selfie with daughter at home When: 06 Nov 2017 Credit: zerocreatives/Westend61/Cover Images
Source: zerocreatives/Westend61/Cover Im

Selon une étude des chercheurs de l'université d'Otago (Nouvelle-Zélande) portant sur des centenaires et des personnes de plus de 60 ans, le secret du bien vieillir réside dans le fait de ne pas fumer, avoir des amis, une activité physique régulière et des activités sociales. Et c’est aussi une bonne façon d’éviter les maladies chroniques.

Des chercheurs de l'université d'Otago ont découvert certains des secrets de la longévité après avoir analysé les données des personnes en Nouvelle-Zélande qui avaient vécu jusqu'à 100 ans. Ils ont trouvé que les gens peuvent avoir un contrôle sur le processus de vieillissement en ne fumant pas et en maintenant une vie sociale, comme rendre visite à des amis et à la famille et participer à des activités comme aller à des concerts ou faire du sport.

« Choisir de ne pas fumer et avoir dès maintenant des relations sociales sera le meilleur investissement que l'on puisse faire pour réussir à vieillir », a expliqué le professeur associé Yoram Barak, en notant que les taux de dépression et de démence ont également diminué chez les personnes âgées socialement actives.

L'équipe a examiné les données de près de 300 centenaires en Nouvelle-Zélande qui ne souffraient d'aucune maladie chronique telle que le diabète, la dépression, la démence et l'hypertension artérielle. Ils ont également étudié plus de 100.000 personnes de plus de 60 ans qui vivaient dans des logements privés et non dans des établissements de soins.

L'engagement dans des activités sociales des participants était similaire dans les deux groupes d'âge, et le risque de dépression et de diabète diminuait régulièrement après l'âge de 80 ans chez ceux qui étaient sociables depuis longtemps.

Parmi les personnes interrogées, les groupes ayant le plus d'activité physique étaient les moins exposés au risque de démence, et les femmes étaient parmi les plus susceptibles de vivre plus longtemps que les hommes. « Les femmes ont une espérance de vie plus longue et sont donc plus susceptibles d'être représentées dans les études centenaires. Toutefois, après correction de cet avantage, les hommes qui atteignent l'âge de 100 ans sont plus susceptibles d'être exempts de maladies courantes », a constaté M. Barak.

L'étude a également révélé que les centenaires de Nouvelle-Zélande avaient plus de chances d'être exempts de maladies chroniques courantes que ceux des autres pays.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia