Prendre en compte ses émotions pour réduire le stress dû à la pandémie de Covid-19

CoverMedia

16.10.2020 - 17:53

Young woman hiding face with hnads indoors. When: 19 Nov 2016
Source: Covermedia

Des chercheurs de l'université de l'Iowa ont découvert que rester à l’écoute de ce que l’on ressent a un effet positif pour réduire le degré d’anxiété ou de tristesse lié à la pandémie de Covid-19. L’étude a été publiée dans le Journal of Contextual Behavioral Science.

Rester en contact avec ses émotions peut aider à réduire le stress et l'anxiété pendant la pandémie de Covid-19. Des chercheurs de l'université de l'Iowa ont découvert que les personnes qui reconnaissaient ressentir des sentiments de tristesse, d'anxiété, de peur ou de solitude et qui essayaient d’y faire face faisaient état d'un niveau de stress plus faible que celles qui évitaient de parler de leurs émotions.

L'équipe s'est concentrée sur 485 participants dans tous les États-Unis, en mai dernier, auxquels elle a demandé de décrire leurs expériences pendant la pandémie de coronavirus.

Les réponses ont ensuite été analysées pour mesurer la capacité des participants à faire face aux montagnes russes émotionnelles infligées par Covid-19. Leur « flexibilité psychologique » était évaluée à partir de trois facteurs : l'ouverture d'esprit, la conscience de son comportement et la valorisation de l'action.

L’équipe a constaté que les personnes qui étaient ouvertes à leurs émotions et qui comprenaient comment y répondre présentaient un faible niveau de détresse induite par la pandémie.

La responsable de l'étude, Emily Kroska, a déclaré qu'il est naturel de se sentir bouleversé par ses émotions dans les moments de stress, et que les gens devraient s'efforcer d'être plus en contact avec leurs sentiments plutôt que de les ignorer.

« L'objectif est d'essayer d'aider les gens à devenir plus résilients en restant en contact avec leurs émotions et en trouvant des moyens créatifs de maintenir ou de renforcer les relations avec les personnes ou les activités qui sont importantes pour eux, a-t-elle expliqué. Les personnes qui le font ne seront généralement pas aussi angoissées ou anxieuses que celles qui ne le font pas. »

La chercheuse en psychologie a insisté sur le fait qu'il est normal de ressentir de la détresse, mais qu'il faut rester ouvert au changement pendant l'épidémie. « Il est important d'être souple et de continuer à faire ce qui est important pour vous, même pendant ces moments difficiles, car c’est associé à une moindre détresse. Je pense que les gens sont avides de tout ce qui peut les aider à se sentir moins stressés », a-t-elle ajouté.

Retour à la page d'accueil