Tous les niveaux de consommation d’alcool nuisent à la santé

24.8.2018 - 16:56, CoverMedia

Source: Covermedia

Consommer de l'alcool même avec modération reste dangereux pour la santé. Une étude parue dans la revue Lancet a démontré que toutes les quantités absorbées étaient nuisibles à l'organisme.

D’après une nouvelle étude publiée dans la revue Lancet, boire de l’alcool avec modération a le potentiel de protéger des maladies cardiaques, mais il demeure un risque accru de maladies comme le cancer. Et bien qu’il ne s’agisse pas de la première étude à avertir les consommateurs sur les dangers que cela implique pour le corps, ces découvertes sont apparemment les plus significatives en date en raison des nombreux facteurs pris en compte.

Le Global Burden of Disease a observé les implications de l’alcool dans le monde en étudiant ses effets dans 195 Pays entre 1990 et 2016, et en analysant les données de participants âgés de 15 à 95 ans.

Sur 100.000 personnes qui ne consommaient pas d’alcool, seulement 914 avaient développé des problèmes liés à ceux de l’alcool comme le cancer, ou souffraient d’une lésion, tandis que quatre autres personnes étaient affectées si elles buvaient une boisson alcoolisée par jour.

Toutefois, 63 personnes développaient des maladies si elles buvaient deux boissons alcoolisées par jour, et il y avait une augmentation de 338 personnes quand elles en buvaient cinq par jour. « Des études précédentes ont découvert un effet protecteur de l’alcool sur certaines maladies, mais nous avons découvert que les risques combinés pour la santé liés à l’alcool augmentent avec toute quantité d’alcool », a expliqué l’auteur principal de l’étude, Dr Max Griswold, à l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l’Université de Washington.

« Le lien fort entre la consommation d’alcool et le risque de cancers, de lésions et de maladies infectieuses, contrebalance les effets protecteurs pour les maladies cardiaques dans notre étude. Bien que les risques pour la santé associés avec l’alcool soient plus petits avec un verre par jour, ils augmentent ensuite rapidement car les gens boivent plus. »

Sonia Saxena, chercheuse à l’Imperial College London et médecin généraliste en activité, a déclaré que cette étude était la plus importante sur le sujet parce qu’elle comprend un certain nombre de facteurs "dont les ventes d’alcool, des données personnelles rapportées sur la quantité d’alcool consommée, l’abstinence, les données sur le tourisme et les niveaux de commerce illicite ainsi que le l’alcool fabriqué à domicile". » Il est estimé qu’une personne sur trois boit dans le monde, avec près d’un dixième des décès liés à la boisson chez les personnes âgées entre 15 et 49 ans.

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles