Conference League

Le jour de gloire pour l’AS Rome !

ATS

25.5.2022

L'AS Rome a remporté la première édition de la Conference League. La formation entraînée par José Mourinho s'est imposée 1-0 mercredi en finale à Tirana face au Feyenoord Rotterdam, grâce à un but de son jeune international italien Nicolo Zaniolo.

AS Rome – Feyenoord Rotterdam 1-0

AS Rome – Feyenoord Rotterdam 1-0

L'AS Rome a remporté la première édition de la Conference League. La formation entraînée par José Mourinho s'est imposée 1-0 mercredi en finale à Tirana face au Feyenoord Rotterdam, grâce à un but de son jeune international italien Nicolo Zaniolo.

25.05.2022

ATS

25.5.2022

Les Giallorossi ont ainsi mis fin à une disette de 18 ans. La conquête du dernier trophée de la Roma remontait en effet à la saison 2007/08, avec un neuvième sacre en Coupe d'Italie pour une équipe alors emmenée par son capitaine emblématique Francesco Totti.

Le succès de la Louve est même historique. Finaliste malheureuse de la Ligue des champions en 1984 et de la Coupe UEFA en 1991, l'AS Rome n'affichait jusqu'ici qu'un seul (modeste) trophée européen à son palmarès: la Coupe des villes de foires, ancêtre officieuse de la Coupe UEFA, qu'elle avait gagnée en 1961.

Le talent de Zaniolo

L'AS Rome a forcé la décision à la 32e minute. Privé de l'Euro 2021 en raison d'une grave blessure à un genou, Nicolo Zaniolo a alors démontré tout son talent sur un long centre de Gianluca Mancini: le milieu offensif de 22 ans a contrôlé le ballon de la poitrine avant de tromper le gardien du Feyenoord Justin Bijlow d'un intérieur du pied gauche.

Les Romains ont ensuite dû se contenter de défendre. Leur portier Rui Patricio a été sauvé à deux reprises par ses montants en début de seconde mi-temps. A la 50e, le Portugais a d'ailleurs réalisé un arrêt de grande classe, détournant sur son poteau un puissant tir du pied gauche armé par Tyrell Malacia. Feyenoord a ensuite poussé tant et plus, dominant largement les débats, mais en vain.

Sous haute tension

Cette finale s'est jouée sous haute tension. Plus de 100'000 fans des deux camps ont en effet fondu sur l'Albanie pour y assister, dans un stade de Tirana flambant neuf mais qui ne compte que 21'000 places. L'Albanie, petit pays des Balkans de moins de trois millions d'habitants, avait essuyé des affrontements violents dès la veille.

Une vingtaine de policiers ont ainsi été blessés, dont un atteint à l'arme blanche, en tentant d'empêcher les deux camps de se rencontrer. Au total, selon la police, dix personnes - cinq Albanais, trois Italiens et deux Néerlandais - se sont présentés dans les hôpitaux pour se faire soigner.

Certains supporters étaient venus pour en découdre si l'on en juge par les nombreuses armes saisies (couteaux, poings américains, battes de fer). Les autorités ont déployé plus de 2000 policiers, épaulés par des experts italiens et néerlandais. Ils ont reçu mercredi le renfort d'unités venues de tout le pays.