F1

Max Verstappen ou l'aboutissement d'un destin familial

ATS

12.12.2021 - 18:30

ATS

12.12.2021 - 18:30

Né pour gagner en Formule 1, le Néerlandais Max Verstappen est devenu champion du monde pour la première fois à 24 ans. Il a ainsi accompli une destinée dont les premiers jalons avaient été posés par ses parents pilotes.

Né pour gagner en Formule 1, le Néerlandais Max Verstappen est devenu champion du monde pour la première fois à 24 ans.
Né pour gagner en Formule 1, le Néerlandais Max Verstappen est devenu champion du monde pour la première fois à 24 ans.
Keystone

«Toute la famille n'en avait que pour la course, donc je pense que la personne qu'est Max, et ce qu'il réalise en ce moment, en est le résultat naturel», résume son manager Raymond Vermeulen. Celui-ci sait de quoi il parle: il était déjà associé au père, le Néerlandais Jos Verstappen, 107 Grands Prix au compteur entre 1994 et 2003, dont deux podiums la première année.



Une maman en karting

La mère de Max, Sophie Kumpen, a été l'équipière du champion du monde de F1 Jenson Button en karting: la Belge «était une pilote fantastique (...) très rapide», s'est souvenu le Britannique pour le podcast de la F1.

Rien de surprenant, donc, à ce que Max – «toujours en avance sur son temps», selon son manager – soit devenu le plus jeune pilote à prendre le départ d'un GP en 2015, à 17 ans, 5 mois et 15 jours, sous les couleurs de Toro Rosso. Puis le plus jeune vainqueur en Espagne en 2016, à 18 ans, 7 mois et 15 jours, pour sa première chez Red Bull.

«Coup de boule»

Mais les records de précocité s'arrêtent là. En étant sacré ce dimanche à Abou Dhabi, le Néerlandais, né en Belgique le 30 septembre 1997 et résidant de longue date à Monaco, n'est que le quatrième plus jeune pilote à remporter un titre de champion du monde à 24 ans, 2 mois et 12 jours, derrière Sebastian Vettel, Lewis Hamilton et Fernando Alonso.

Plus surprenant, sur les 33 champions du monde précédents en F1, seuls trois avaient plus de GP à leur compteur que les 140 de Max avant d'être sacrés: Jenson Button (169), Nigel Mansell (176) et Nico Rosberg (206).

On ne peut toutefois pas dire qu'il a perdu son temps: cette saison est la première pendant laquelle son écurie met entre ses mains une monoplace capable de rivaliser avec la Mercedes du septuple champion du monde Lewis Hamilton.

Ado revêche à ses débuts, l'impétueux Max a appris à maîtriser son tempérament sur la piste et montre depuis l'an dernier une facette de sa personnalité plus réfléchie et – quand il le veut bien – sympathique.

Loin de celui qui s'accrochait inutilement avec Esteban Ocon au Brésil en 2018, avant de bousculer le Français devant les caméras, ou qui menaçait de «donner un coup de boule» si les médias continuaient à l'interroger sur ses erreurs, au Canada la même année. Il faut dire que le Néerlandais a été à bonne école: son père Jos n'a jamais été l'homme le plus placide du paddock. résultat possible derrière les intouchables Mercedes.

ATS