Contini: "Ce quart de finale est un grand saut dans l'inconnu"

ATS

12.6.2020

Dans le monde d'avant, le match de l'année pour le Lausanne-Sport aurait attiré dimanche plus de 10'000 spectateurs à la Pontaise. Malheureusement, le huis clos imposé par la pandémie du coronavirus ne permettra pas de mesurer vraiment l'engouement de la cité pour son équipe.

Giorgio Contini sera prolongé automatiquement pour la saison 2020/2021 en cas de promotion.
Keystone

«Il est réel», assurent les responsables du club à deux jours de ce quart de finale de la Coupe de Suisse contre le FC Bâle, le détenteur du trophée. Le succès rencontré par l'opération des écrans géants réservés aux supporters dans différents établissements de la ville en est, à leurs yeux, la preuve. Le résultat obtenu mercredi à Lucerne – une victoire sans appel sur le score de 5-0 – a, par ailleurs, marqué les esprits. Comme si le leader de la Challenge League n'avait plus que le ciel comme limite.

«Il ne fait jamais accorder une très grande importance aux résultats des matches amicaux», sourit Giorgio Contini. L'entraîneur lausannois admet cependant que ce match de mercredi va compter. «Il a permis aux joueurs de retrouver doucement le rythme quatre jours après la rencontre contre Young Boys disputés en 2 x 60 minutes, explique-t-il. Et gagner 5-0 contre une équipe de Super League ne peut pas faire de mal pour la confiance...»

Une confiance qui avait trouvé sa source dans les qualifications éclatantes obtenues devant Neuchâtel Xamax (6-0) et Lugano (3-0). Une confiance qui tient également dans le brio témoigné par le trio d'attaque formé de Dan Ndoye, d'Aldin Turkes et d'Andi Zeqiri.

«Un grand saut dans l'inconnu»

Dimanche, la marche sera plus haute. «Bien sûr, le FC Bâle est, sur le plan individuel, beaucoup plus fort que nous, assure Giorgio Contini. Mais ce quart de finale est un grand saut dans l'inconnu. Nous n'avons aucun repère. Alors que je savais mon équipe en forme avant d'affronter Xamax et Lugano. Les deux équipes n'ont pas joué depuis trois mois. J'y vois un avantage pour nous dans la mesure où le FCB pourrait manquer de rythme.»

Même si le Graal demeure la promotion, la Coupe de Suisse est devenue un véritable objectif pour les Vaudois... depuis le tirage au sort des demi-finales. Le vainqueur du match de dimanche recevra, en effet, Winterthour ou Bavois pour une place en finale. «Nous sommes parfaitement conscients de l'opportunité qui s'offre à nous», avoue Giorgio Contini.

Gagner le totem de l'immunité

Le Zurichois sait donc qu'il abattra dimanche une carte décisive. Lié au club avant la pandémie jusqu'au 30 juin, Giorgio Contini a signé un nouveau contrat jusqu'à la fin de la saison «aux mêmes conditions». C'est-à-dire qu'il sera prolongé automatiquement pour la saison 2020/2021 en cas de promotion. Or avec ses 15 points d'avance en tête du classement, Lausanne-Sport est assuré à 99,9 % de retrouver l'élite la saison prochaine.

Mais l'activation de cette reconduction pour une année qui ne fait aucun doute ne met pas à l'abri Giorgio Contini. Le renvoi du directeur sportif Pablo Iglesias, l'homme qui l'avait recruté à l'été 2018, pourrait affaiblir sa position.

Tout comme l'estime dont jouit l'ancien adjoint de Lucien Favre Adrian Ursea auprès de Julien Fournier, le directeur sportif de Nice qui jette un regard aiguisé sur la gestion sportive du Lausanne-Sport, l'autre club de la galaxie Ineos. Celui qui a déjà enlevé à trois reprises la Coupe... du Liechtenstein n'a sans doute pas d'autre alternative que de remporter la Coupe de Suisse pour gagner le totem de l'immunité.

Retour à la page d'accueilRetour au sport