Demba Ba, ce magnifique pionnier contre le racisme

Chris Geiger

9.12.2020

La rencontre de Ligue des champions entre le PSG et Basaksehir a été arrêtée mardi suite aux accusations de racisme visant le quatrième arbitre. Demba Ba semble être le principal instigateur de cette juste rébellion.

Ligue des champions : PSG – Basaksehir interrompu

Ligue des champions : PSG – Basaksehir interrompu

Le match de Ligue des champions entre le PSG et Basaksehir a été interrompu à la 16e minute. Les joueurs sont rentrés au vestiaire, après un incident supposé raciste impliquant le quatrième arbitre.

08.12.2020

La soirée du 8 décembre 2020 fera date. Pour la première fois - du moins sur la scène européenne - un match de football n'est pas allé à son terme suite à un cas de racisme. Enfin, merci et félicitations Demba Ba, a-t-on envie d'écrire.

Car, sous l'impulsion de l'attaquant sénégalais, les joueurs du Paris Saint-Germain et de Basaksehir Istanbul ont fait front contre les propos discriminants du quatrième arbitre de la rencontre et ont refusé de reprendre la partie tant que Sebastian Coltescu était présent dans l'enceinte du Parc des Princes.




"Vous ne dites jamais 'ce gars blanc', vous dites 'ce gars'... Pourquoi, quand vous parlez d'un gars noir, vous dites 'ce gars noir' ?", s'est insurgé le buteur du club stambouliote contre l'officiel roumain. Ce dernier avait, en effet, désigné avec le terme "negru" l'entraîneur assistant du club turc, Pierre Achille Webo.

N'arrivant pas à se faire entendre, Demba Ba a alors pris les choses en mains et a notamment demandé à Kylian Mbappé et à Neymar de se joindre à sa démarche et de quitter le terrain jusqu'à ce que justice soit rendue. 

Un acte fort qui a visiblement fini par payer, l'UEFA ayant désigné un nouveau corps arbitral pour diriger cette partie, finalement reportée à ce mercredi (18h55 / blue Sports).



Pour rappel, l'ancien joueur de Chelsea avait été victime de racisme en 2018 lorsqu'il évoluait au Shanghaï Shenhua. Demba Ba a aussi régulièrement manifesté son dégoût contre les discriminations raciales sur les réseaux sociaux et apporté son soutien aux victimes de ces dernières.

Après les mots, le Sénégalais est donc passé aux actes et l'unité affichée mardi à Paris par les deux formations semblent être un joli motif d'espoir. Surtout, cette jurisprudence entrouvre la porte à d'autres pionniers. La révolution est en marche et c'est tant mieux.

Retour à la page d'accueilRetour au sport