Fickentscher: "Henchoz est un faux-cul"

Chris Geiger

21.11.2019

Kevin Fickentscher n'a pas du tout apprécié les propos tenus par son ancien entraîneur au FC Sion, Stéphane Henchoz. Ce dernier avait vivement critiqué l'attitude des joueurs valaisans. Des accusations que le gardien ne pouvait pas laisser passer.

Henchoz et Fickentscher sont en froid. 
Keystone

C'est une véritable guerre des mots que se livrent depuis plusieurs jours dans les médias romands Stéphane Henchoz et le FC Sion.

Deux semaines après avoir présenté sa démission à Christian Constantin, l'entraîneur fribourgeois (45 ans) avait expliqué vendredi dernier en marge d'une conférence autour de la gestion des médias sociaux chez les sportifs que les joueurs valaisans se prenaient pour des stars, chose "qu’ils ne sont évidemment pas".

L'ancien technicien de Neuchâtel Xamax avait ensuite détaillé le fond de sa pensée. "Qu’ont-ils réalisé comme carrière jusqu’à aujourd’hui? Il y en a un, il a joué à Londres (ndlr: à Arsenal, chez les jeunes). Enfin, il croit qu’il a joué à Londres. Mais Fortune n’y a que habité. Je crois qu’on est là au cœur du problème."

Le FC Sion a pris note

L'ex-défenseur de Liverpool et de l'équipe de Suisse avait finalement souligné que les joueurs sédunois - qu'il a coaché durant quatre petits mois - étaient "des types qui vivent dans leur zone de confort et à qui on a toujours répété qu’ils étaient les meilleurs et les plus forts".

Si le FC Sion, qui "a pris connaissance des diverses interviews données par Stéphane Henchoz depuis son départ", ne s'est pas prononcé officiellement, Kevin Fickentscher a lui réagi aux propos de son ancien entraîneur lors d'une interview accordée mercredi au "Matin.ch".

Le dernier rempart du club valaisan - taulier du vestiaire depuis neuf saisons - a senti la nécessité de répondre aux accusations du consultant de Teleclub. "C’est tout le vestiaire que notre ancien coach a attaqué, je ne peux pas laisser passer ça", a-t-il notamment expliqué.

Avant d'exprimer ses sentiments. "C’est une trahison. Il balance des trucs sur notre groupe alors qu’il n’est pas irréprochable non plus. Comme si lui avait tout fait juste, je ne vois aucune remise en question de sa part. Il se pensait sûrement plus beau et plus intelligent que tout le monde en arrivant ici. Et on l’a suivi, on n’a pas triché. Il n’y a d'ailleurs pas de tricheurs dans ce vestiaire."

Visiblement touché et remonté par les propos de Stéphane Henchoz, Kevin Fickentscher a ensuite avoué qu'il ne pourrait visiblement plus jamais jouer sous les ordres du natif de Billens.

"Il m’a trop déçu pour ça. Et cette déception est partagée par le groupe. En fait, je me suis rendu compte que c’était un faux-cul. Quand on gagnait, il venait nous taper sur l’épaule; et quand on perdait, on le voyait beaucoup moins. C’est impossible pour moi de travailler avec ce genre de personnes", a conclu le Vaudois de 31 ans.

Retour à la page d'accueilRetour au sport