"Il n'y a aucune raison de prévoir un plan B"

ATS

1.7.2020 - 15:20

La Ligue des champions est à nouveau sous la menace du coronavirus: suspendue mi-mars puis reprogrammée en août au Portugal, l'épreuve phare du football européen est rattrapée par la crise sanitaire avec les mesures de reconfinement prises à Lisbonne. L'UEFA écarte néanmoins tout «plan B».

Lisbonne doit accueillir le tournoi final de la Ligue des champions au mois d'août.
Keystone

«Nous espérons que tout ira bien et qu'il sera possible d'organiser le tournoi au Portugal. Pour le moment, il n'y a aucune raison de prévoir un plan B», a assuré un porte-parole de l'UEFA. Le Premier ministre portugais Antonio Costa, qui s'est entretenu mardi soir avec le président de l'UEFA Aleksander Ceferin, s'est lui aussi montré apaisant: «Toutes les mesures sont prises pour s'assurer que nous accueillerons ce tournoi de façon saine et sécurisée».

Pourtant, les dispositions entrées en vigueur mercredi n'incitent pas à l'optimisme: les habitants de 19 quartiers de la banlieue nord de Lisbonne où persistent des foyers de contagion au Covid-19 sont de nouveau confinés à domicile. Au total, quelque 700'000 habitants sont soumis à un nouveau confinement pour au moins deux semaines.

Avec une moyenne de 321 nouvelles infections par jour, le nombre de nouveaux cas recensés au Portugal a augmenté d'un tiers en juin par rapport au mois de mai. Les nouveaux cas restent largement concentrés sur la région de Lisbonne, qui doit accueillir du 12 au 23 août le tournoi final de la C1, interrompue en mars.

Mais Antonio Costa se veut rassurant: le reconfinement de certains quartiers de la banlieue nord de Lisbonne «n'a pas de rapport avec le centre de Lisbonne, où se tiendra la Ligue des champions», a-t-il expliqué dans un entretien au journal catalan La Vanguardia.

«Ce n'est pas à Lisbonne, mais dans des zones voisines», a-t-il insisté. Or, parmi les 19 quartiers concernés par le reconfinement figure un arrondissement de la commune de Lisbonne, celui de Santa Clara, voisin de l'arrondissement du Lumiar, où se trouve notamment le stade du Sporting, l'une des deux enceintes retenues par l'UEFA.

En tout cas, les propos de M. Costa n'ont pas plu aux communes voisines. «Le Premier ministre a l'air préoccupé par la situation dans la ville de Lisbonne, sans doute à cause de la Ligue des champions. Ce n'est pas la peine de faire semblant que le problème n'existe pas, car il existe aussi à Lisbonne», a déclaré l'adjoint au maire de Loures, Gonçalo Caroço.

Retour à la page d'accueilRetour au sport