"Quel voyage" - Le conte de fées danois se poursuit

ATS

13.10.2021 - 10:31

ATS

13.10.2021 - 10:31

«L'année presque parfaite de la sélection nationale a connu une fin presque parfaite». Après un Euro réjouissant, le Danemark a décroché mardi sa qualification pour le Mondial 2022 grâce à un impressionnant sans-faute de huit victoires en autant de matches.

La belle histoire continue pour la sélection danoise.
KEYSTONE

Vainqueurs de l'Autriche (1-0) devant son public de «roligans» exaltés dans un stade Parken plein, les Danois ont imité les Allemands, devenus la veille les premiers à empocher sur le terrain leur billet pour le Qatar. Mieux, Simon Kjaer et ses coéquipiers sont désormais «prêts pour la Coupe du monde plus tôt que jamais», relève le quotidien Politiken.

L'ensemble du petit royaume scandinave est en liesse, à commencer par la cheffe du gouvernement Mette Frederiksen qui a affiché son enthousiasme sur Instagram. «Bien joué!», a-t-elle félicité sous une photo d'elle et de sa ministre des sports toutes les deux de rouge vêtues. «C'est comme si le Danemark et sa sélection nationale étaient retombés amoureux», note Andreas Kraul, commentateur pour la chaîne publique DR.

Favoris face à l'Autriche, les Danois ont pourtant connu une première mi-temps laborieuse, avant la délivrance grâce au joueur de l'Atalanta Bergame Joakim Maehle à la 53e minute, «à nouveau un moment magique dans une année de football magique», souligne Politiken. «Quel voyage», s'enthousiasme pour sa part B.T. «Pourvu qu'il ne finisse jamais».

«Plus qu'une simple équipe»

Lors du dernier Euro, partiellement disputé sur leurs terres, les Rouge et Blanc avaient impressionné au-delà de la planète foot par leur cohésion après l'arrêt cardiaque dont a été victime leur meneur de jeu Christian Eriksen, à Copenhague en plein match contre la Finlande. Ils lui ont d'ailleurs dédié leur victoire mardi.



Pour Andreas Kraul, «l'incident a clairement été constitutif pour le groupe, qui est devenu plus qu'une simple équipe». «Cela les a fait grandir», estime-t-il.

Après l'immense frayeur, les Danois s'étaient hissés jusqu'en demi-finale de l'Euro, avant de s'incliner 2-1 après prolongation face à l'Angleterre, archi-favorite devant son public de Wembley, sur un penalty controversé.

La rencontre de mardi, contre l'Autriche, a été «l'une des meilleures nuits à Parken depuis très longtemps. C'est génial», a confié le buteur Joakim Maehle. «Nous avons fait quelque chose de grand ensemble», s'est pour sa part félicité le gardien Kasper Schmeichel.

Ambition

Les Danois ont survolé la concurrence dans leur groupe F: outre leur carton plein de huit victoires, ils ont inscrit 27 buts et n'en ont concédé aucun! Cette équipe est même rentrée dans l'histoire du football danois avec 42 buts inscrits en 2021, avant deux derniers matches en novembre, pulvérisant un record datant de presque 60 ans (32 buts marqués en 1962).

Ce qui leur donne de l'ambition: «La dernière fois, on a été en demi-finale (de l'Euro). Je veux plus, nous voulons plus. Là, on va jouer le Mondial et on en veut plus», a résumé à la fin du match le capitaine Simon Kjaer, nominé pour le Ballon d'or pour la première fois de sa carrière.

Improbables héros sur lesquels personne ne misait il y a six mois, «ils jouent un football qui plait au Danemark et à l'étranger et qui en plus est agréable à regarder», résume Andreas Kraul.

Le tabloïd allemand Bild les a même désignés «équipe de l'année», mais le sélectionneur a l'humilité bien chevillée au corps. «Cela vaut la peine de se pincer (...) Il y a tellement de gens qui ont une part dans cette réussite», a rappelé Kasper Hjulmand.

ATS