Ligue des nations

La Nati à Prague pour une revanche

ATS

2.6.2022 - 05:00

5108 jours après la funeste défaite 1-0 à Bâle lors du match d'ouverture de l'Euro 2008, la Suisse croise à nouveau la route de la République tchèque. Avec la ferme ambition de prendre sa revanche.

Xherdan Shaqiri débutera sur le banc jeudi à Prague.
Keystone

ATS

2.6.2022 - 05:00

Ce jeudi dans le stade du Slavia Prague, la sélection de Murat Yakin disputera sa première rencontre pour le compte de la Ligue des Nations 2022 face à un adversaire qui fut également quart de finaliste à l'Euro 2021, mais qui ne verra pas le Qatar après sa défaite en Suède lors du premier tour des barrages.

«La République tchèque doit inspirer un immense respect, affirme Murat Yakin. Elle est dirigée par un entraîneur audacieux (ndlr: Jaroslav Silhavy). L'an dernier à l'Euro, on a vu une équipe très forte qui a été capable d'éliminer les Pays-Bas.»

Sans Schick et Shaqiri

Les Tchèques seront toutefois privés jeudi des services de leur atout maître, Patrik Schick. Le footballeur tchèque de l'année, qui vient de prolonger son contrat avec le Bayer Leverkusen, est blessé. La Suisse, quant à elle, entamera la rencontre sans son maître à jouer Xherdan Shaqiri.

Le Bâlois n'a rejoint ses coéquipiers que mardi en raison d'un problème d'avion à Chicago. «Cela n'a aucun sens de titulariser un joueur qui n'aura suivi son premier entraînement collectif que mercredi», explique Murat Yakin. Il devrait toutefois sortir du banc si les circonstances l'exigent.

Murat Yakin ne l'a pas caché. Son équipe fera face ce jeudi à une obligation de résultats. «Nous devons réussir notre entame. Je le rappelle encore une fois: cette Ligue des Nations revêt pour l'équipe de Suisse une grande importance. Nous sommes tombés dans un groupe très fort avec la République tchèque, le Portugal et l'Espagne. Ce premier match occupe tout mon esprit. Je ne songe pas encore aux trois autres que nous devrons livrer d'ici le 12 juin.»

L'équipe est «prête»

Le Bâlois estime son équipe «prête» pour le début de cette campagne. «Nous sortons d'une très bonne semaine d'entraînement à Bad Ragaz. Nous avons très bien travaillé sur le plan tactique, poursuit-il. Les joueurs ne sont pas fatigués. J'en veux pour preuve l'intensité affichée lors des entraînements. Jeudi, il conviendra de trouver le bon équilibre dans notre jeu, d'exploiter nos phases de possession et de témoigner d'un réel tranchant dans les ruptures.»

A Prague, Murat Yakin alignera l'équipe qu'il pense être la meilleure de l'instant. Il a travaillé un système en 4-4-2 à Bad Ragaz qui plaçait Breel Embolo et Noah Okafor à la pointe de l'attaque. Il est prévisible qu'il aligne Djibril Sow sur le flanc droit même si le joueur de l'Eintracht a davantage le profil d'un demi axial.

A gauche, le choix qu'il devra arrêter entre Ruben Vargas et Steven Zuber dira si le sélectionneur est prêt à prendre certains risques pour effacer la défaite que son frère Hakan et ses coéquipiers avaient concédée le 7 juin 2008 au Parc Saint-Jacques sur un but de Vaclac Sverkos à la 71e. Avec Vargas aux côtés d'Okafor et d'Embolo, la Suisse afficherait le visage d'une équipe conquérante que l'on brûle vraiment de voir à l'épreuve du feu.

Les équipes probables :

  • République tchèque: Vaclik; Coufal, Zima, Brabec, Zeleny; Soucek, Krejci; Pesek, Jankto, Hlozek; Kuchta.
  • Suisse: Sommer; Widmer, Akanji, Elvedi, Rodriguez; Sow, Freuler, Xhaka, Vargas; Embolo, Okafor.

ATS