Les joueurs européens incertains

ATS

15.12.2021 - 14:02

L'Association européenne des clubs (ECA) menace de ne pas libérer les joueurs internationaux pour la Coupe d'Afrique des nations en janvier-février au Camerour. Elle s'inquiète pour le protocole sanitaire de l'épreuve sur fond de pandémie de Covid-19.

ATS

15.12.2021 - 14:02

Egypt's Mohamed Salah wipes sweat from his face during the African Cup of Nations group A soccer match between Egypt and Uganda in Cairo International Stadium in Cairo, Egypt, Sunday, June 30, 2019. (AP Photo/Hassan Ammar)
Mohammed Salah n'est pas certain de pouvoir participer à «sa» coupe continentale.
KEYSTONE

«A notre connaissance, la Confédération africaine n'a pas encore rendu public un protocole médical et opérationnel adapté pour le tournoi de la CAN, en l'absence duquel les clubs ne seront pas en mesure de libérer leurs joueurs pour le tournoi», peut-on lire dans ce courrier électronique adressé vendredi dernier à la FIFA.

Outre le protocole sanitaire du tournoi (9 janvier-6 février), l'ECA pointe surtout le risque d'une absence des internationaux plus longue que la période de mise à disposition prévue. Ceci en raison des «quarantaines et restrictions de déplacement» liées notamment à l'émergence du variant Omicron du coronavirus.

Règles assouplies

Selon les règles assouplies de libération des internationaux, confirmées à plusieurs reprises par la FIFA depuis août 2020, les clubs peuvent retenir leurs joueurs si «une quarantaine d'au moins cinq jours est obligatoire à compter de l'arrivée» sur le lieu «où est censé se disputer le match de l'équipe nationale» du joueur. C'est aussi le cas si la quarantaine doit être observée sur le lieu du club de celui-ci à son retour.

Le Conseil d'administration de l'ECA, début décembre, a réaffirmé que ces principes devaient être «strictement respectés», fait valoir le courrier adressé à Mattias Grafström, secrétaire général adjoint de la FIFA. «Dans le cas contraire, les joueurs ne doivent pas être libérés pour leur équipe nationale», juge l'ECA.

Rumeurs de report

La Confédération africaine a d'abord renvoyé vers un communiqué publié mercredi matin où Véron Mosengo-Omba, secrétaire général de la CAF, exhorte le comité d'organisation camerounais à «travailler jour et nuit afin de s'assurer que tout soit en place pour le match d'ouverture du 9 janvier 2022».

«L'ECA n'est pas l'employeur des joueurs sélectionnés pour la CAN, n'a pas de rapport contractuel avec eux, donc ne peut pas interdire leur libération», a ajouté M. Mosengo-Omba.

Par ailleurs, il s'est étonné des exigences concernant le protocole sanitaire, soulignant que «l'Europe est plus touchée que l'Afrique» par l'actuelle vague de Covid-19 et conserve pourtant «des stades pleins».

L'envoi de ce courrier de l'ECA à la FIFA intervient alors que s'accumulent les rumeurs autour d'une éventuelle annulation de la CAN, ou bien d'un nouveau report du tournoi. Celui-ci était initialement programmé en 2021, mais il a été repoussé d'un an en raison de la pandémie.

Un haut dirigeant de la Fédération camerounaise (Fécafoot) a qualifié ces spéculations de «fake news».

ATS