Lucien Favre à la tête d'une superpuissance anglaise ?

Nicolas Larchevêque

26.10.2021

Nicolas Larchevêque

26.10.2021

Sans club depuis son départ du Borussia Dortmund, Lucien Favre pourrait retrouver de l'embauche en Premier League. Le technicien vaudois serait le favori pour reprendre Newcastle, qui vient d'être racheté par un fond saoudien aux ressources financières presque illimitées.

Lucien Favre est sans club depuis son licenciement du Borussia Dortmund fin 2020.
Keystone

Lucien Favre va-t-il prochainement découvrir les bancs de Premier League ? L'entraîneur vaudois, qui a quitté le Borussia Dortmund en décembre 2020, serait ainsi le favori pour reprendre les rênes de Newcastle United, qui s'est séparé de son coach Steve Bruce la semaine dernière.

«Les négociations entrent maintenant dans la phase décisive», a avancé le quotidien allemand «Bild» lundi. Favre serait en concurrence avec Paulo Fonseca (ex-AS Rome) et Eddie Howe (ex-Bournemouth), mais figurerait en tête de liste. Des informations relayées en Suisse par le «Blick».



Remercié en fin d'année passée par le BVB, le technicien de 63 ans avait décidé de faire une pause, refusant notamment des offres de clubs français et anglais cet été. «Pour le moment, je profite de mon temps libre. Je reviendrai dans le business plus tard», avait-il alors déclaré en juillet dernier. La nouvelle puissance financière de Newcastle lui fera-t-il alors changer d'avis ?

Pour mémoire, les Magpies ont récemment été rachetés pour 370 millions de francs par Mohammed bin Salman, prince héritier d'Arabie Saoudite. La fortune de ce dernier est estimée à 400 milliards de francs, ce qui pourrait offrir des ressources illimitées au club du nord-est de l'Angleterre et sans précédant dans le monde du football.



De quoi faire grincer des dents outre-Manche. «Les fans de Newcastle vont adorer ça, mais l'argent n'achète pas le succès. Ils ont de l'argent pour faire des erreurs, mais ils finiront par arriver à leurs fins», avait alors averti l'entraîneur de Liverpool Jürgen Klopp mi-octobre.

Ce rachat par un fond saoudien avait également provoqué une vague d'indignation chez certains, évoquant entre autres les «violations des droits humains» dans le pays du Moyen-Orient. De plus, Mohammed bin Salman a été désigné par des responsables turcs et américains comme le commanditaire de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul en 2018.

Reste à savoir si ces critiques et accusations peuvent désormais freiner Lucien Favre, qui n'aime pas forcément se retrouver sous la lumière des projecteurs. Affaire à suivre...