Ligue des Nations

Nati: un sacré panache et des pieds gauches en feu !

9.9.2018

67 jours après l'immense désillusion de Saint-Pétersbourg, cette défaite 1-0 devant la Suède en huitième de finale de la Coupe du monde, la Suisse est repartie du très bon pied. Elle a écrasé l'Islande 6-0 à Saint-Gall pour son entrée en lice dans la nouvelle Ligue des Nations.

Shaqiri, Ajeti et Zakaria (les trois sur la droite de la photo) ont marqué du pied gauche samedi.
Shaqiri, Ajeti et Zakaria (les trois sur la droite de la photo) ont marqué du pied gauche samedi.
Keystone

La Suisse s'est imposée sur des réussites de Steven Zuber (13e), Denis Zakaria (33e), Xherdan Shaqiri (53e), Haris Seferovic (67e), du néophyte Albian Ajeti (71e) et du "revenant" Admir Mehmedi (82e), les six inscrites du... pied gauche, pour signer un succès qui n'a rien d'anecdotique. Il renforce la position de Vladimir Petkovic, qui est la cible depuis des semaines de la presse de boulevard.

Il permet aussi à l'équipe de faire le plein de confiance avant d'affronter chez elles deux demi-finalistes de la Coupe du monde, l'Angleterre ce mardi à Leicester et la Belgique le 12 octobre à Bruxelles. Et, enfin, il assure pratiquement dans un premier temps le maintien à la Suisse dans cette première division de la Ligue des Nations qui réunit les douze meilleures équipes européennes. On voit mal, en effet, comment l'Islande pourrait désormais échapper à la relégation dans ce groupe qui se résume déjà à un duel entre la Belgique et la Suisse.

Moins de 25 minutes ont suffi à la Suisse pour classer l'affaire face à un adversaire que l'on ne voyait peut-être pas aussi faible. Après une première chance pour un Haris Seferovic très mordant à la 2e minute déjà, la Suisse avait le bonheur d'ouvrir le score à la 13e sur une frappe du gauche imparable de Zuber. Le Zurichois avait été servi après une longue action qui était passée par Mbabu, Zakaria, Xhaka et Rodriguez.

Kevin Mbabu a su saisir sa chance

Si Steven Zuber a inscrit son cinquième but en sélection - on rappellera qu'il avait égalisé contre le Brésil lors de la Coupe du monde -, Denis Zakaria a, quant à lui, ouvert son compteur. Le Genevois fut au bon endroit au bon moment après un coup franc de Xherdan Shaqiri et la remise involontaire de Fabian Schär après le renvoi du gardien.

C'est Kevin Mbabu, remarquable pour ses débuts internationaux, qui avait provoqué ce coup franc. Le Genevois a su saisir sa chance et on peut regretter son absence en Russie. Se priver d'un tel joueur pour la Coupe du monde fut peut-être une funeste erreur...

C'est depuis les tribunes - il ne figurait pas sur la feuille de match - que Stephan Lichtsteiner a admiré la performance du joueur appelé à assurer sa succession. Remplaçant à Arsenal, le Lucernois peut-il encore tenir un rôle en sélection ? Sa présence a-t-elle encore du sens après un première aussi flamboyante de la part de Kevin Mbabu ?

Vladimir Petkovic est, aujourd'hui, confronté à l'une des tâches les plus délicates qui reviennent à un entraîneur: gérer la fin de carrière d'un grand joueur qui a de la peine à saisir qu'il est sur le déclin. Aligner Stephan Lichtsteiner mardi contre l'Angleterre est-il bien raisonnable alors qu'il nous tarde déjà de revoir Kevin Mbabu ?

Un réel panache

Avec son fantastique pied gauche, Xherdan Shaqiri, replacé dans l'axe pour occuper la position qui était dévolue depuis deux ans à Blerim Dzemail, signait le 3-0 à la 53e pour lever les dernières incertitudes sur cette rencontre et pour honorer sa 75e sélection avec un 22e but. Le match pouvait alors tourner à la démonstration. On avait tant de mal à reconnaître dans le camp adverse l'équipe qui avait disputé il y a deux ans les quarts de finale de l'Euro et qui avait tenu en échec l'Argentine de Lionel Messi cet été en Russie.

Dirigée pour la première fois par le Suédois Erik Hamren, l'Islande a complètement lâché prise. Il est peut-être hasardeux de parler du match du grand pardon tant cette défaite contre la Suède a pu marquer les esprits, mais l'équipe de Suisse a eu le bon goût de témoigner d'un réel panache pour son retour aux affaires.

Le danger serait de s'enflammer à nouveau comme tout un pays l'a fait cet été après le nul devant le Brésil et la victoire face à la Serbie. Cette fois, disait-on, la Suisse allait enfin écrire l'histoire... Il apparaît bien plus sage de garder les pieds sur terre.

Juge de paix

Le match en Belgique sera bien un premier juge de paix pour cette équipe de Suisse de l'après Saint-Pétersbourg. Il convient de préciser que Vladimir Petkovic aligne une formation qui compte des joueurs qui ne sont pas titulaires dans leur club. On citera Xherdan Shaqiri, bien sûr, mais aussi Denis Zakaria et Fabian Schär.

Ces trois hommes furent parmi les plus brillants samedi. Pourront-ils témoigner du même tranchant le mois prochain à Bruxelles si leur temps de jeu en club demeure aussi peu conséquent ?

Retour à la page d'accueil