Ligue des Nations

Petkovic: "Je ne vais pas expérimenter"

ATS

7.9.2018

A l'exception de Kevin Mbabu, les nouveaux joueurs de l'équipe de Suisse convoqués par Vladimir Petkovic ne devraient pas être sur la pelouse samedi à Saint-Gall contre l'Islande.

Vladimir Petkovic n'entend pas révolutionner son équipe dans le cadre de la Ligue des Nations.
Vladimir Petkovic n'entend pas révolutionner son équipe dans le cadre de la Ligue des Nations.
Keystone

Qu'est-ce au juste que la Ligue des nations, une sorte de matches amicaux dans des conditions similaires à de la compétition? Ou est-ce comparable à des matches de qualification?

Vladimir Petkovic a donné la réponse à ces interrogations à un jour de l'entrée en lice de la Suisse, samedi à 18h00 à Saint-Gall contre l'Islande. "Nous entrons dans une compétition. Je ne vais pas expérimenter", a martelé le sélectionneur.

De fait, les nouveaux joueurs qui ont été convoqués ne devraient pas être sur la pelouse au coup d'envoi. A une exception près, puisque Kevin Mbabu sera titularisé sur le flanc droit de la défense à la place du capitaine Stephan Lichtsteiner.

Petkovic a dit être heureux de la création de la Ligue des nations. "On va pouvoir jouer contre des équipes qui ont un bon niveau. Cela peut contribuer à nous faire progresser et grandir", a-t-il déclaré.

Organisation solide

Le sélectionneur s'attend à une partie serrée face aux Islandais. "Ils évoluent de manière très compacte. Leur organisation est solide. Ils n'ont pas déçu à la Coupe du monde malgré leur rapide élimination", a relevé Vladimir Petkovic.

La dernière fois que la Suisse a reçu l'Islande remonte à septembre 2013. Les Helvètes, alors dirigés par Ottmar Hitzfeld, avaient été accrochés 4-4 au terme d'une partie étonnante, qui avait vu les visiteurs combler un écart de trois buts dans la dernière demi-heure.

Depuis ce match, les Islandais ont disputé deux grands tournois. Et ils ont réussi ce que la Suisse attend depuis 64 ans, à savoir jouer un quart de finale (à l'Euro 2016).

Parallèle avec la Suède

Pour Breel Embolo, "l'Islande est un adversaire qui est souvent sous-estimé, car le pays est petit." L'attaquant de Schalke 04 est convaincu que les insulaires vont regarder les Suisses d'égal à égal.

Embolo tire aussi un parallèle avec la Suède, l'équipe qui a mis fin au parcours de la sélection rouge à croix blanche lors de la Coupe du monde. "Ils sont forts défensivement. Au Mondial, on a été éliminés contre une équipe de ce style. Maintenant, on doit montrer qu'on peut mieux faire."

Retour à la page d'accueil