Kasami: "Je voulais laisser Sion en Super League avant de partir"

ATS

4.8.2020 - 00:35

«J’étais en fin de contrat. J’aurais pu laisser filer. Mais ce n’est pas mon style. Je voulais laisser le FC Sion en Super League avant de partir.» Pajtim Kasami tenait vraiment à réussir sa sortie.

Servette – Sion 1-2

Servette – Sion 1-2

Raiffeisen Super League, 36ème journée, Saison 19/20

03.08.2020

Le Zurichois a été le grand artisan du succès 2-1 du FC Sion à Genève. Il a signé le 1-1 avec une tête imparable sur un coup-franc qu’il avait lui-même provoqué avant de réussir un assist parfait sur le 2-1 de Roberts Uldrikis. «Mon contrat avec le FC Sion se termine le 15 août. Je crois avoir fait le job, dit-il. J'ai joué tous les matches depuis le restart dans leur intégralité à l’exception de deux minutes à Neuchâtel.» Une précision utile pour se défaire de cette étiquette de «mercenaire» qu’on lui a collée bien trop vite lorsque son président l’avait congédié au printemps pour, selon la version officielle, avoir refusé de négocier un chômage partiel.

«On a pourtant tout fait faux au début»

A Genève, Pajtim Kasami a donc conclu de manière éclatante son aventure sédunoise qui aura duré trois ans. «On a pourtant tout fait faux au début, avoue-t-il. Le début de match des Servettiens fut incroyable. A l’image de Cognat, ils nous ont marché dessus...» Mais après cette panne providentielle de l’éclairage, les Sédunois ont retrouvé leurs esprits sous l’impulsion d’un Pajtim Kasami qui a rappelé aux observateurs le néophyte qui avait tout renversé lors de sa grande «première» en équipe de Suisse un soir d’octobre 2013 contre la Slovénie.

Même s’il reste encore ce quart de finale de Coupe de Suisse jeudi à Rapperswil qu’il pourrait encore disputer, le Zurichois a bien livré lundi soir son dernier match. Il sait maintenant qu’il ne doit pas se tromper sur le choix qu’il va être amené à prendre. Il doit rejoindre un club qui peut lui permettre de retrouver l’équipe de Suisse. Sa dernière sélection remonte déjà à mars 2016. Agé de 28 ans, le Champion du monde M17 nourrit encore les plus grandes ambitions, lui qui n'a encore jamais disputé un grand tournoi avec les A. «Si tu joues à Sion, tu n’as pratiquement aucune chance d’être appelé en sélection, dit-il. Si j’avais évolué aux Young Boys et à Bâle, la musique n'aurait pas été la même. Je sais parfaitement que je n’ai plus de droit à l’erreur. Mes agents ont noué des contacts depuis le mois de janvier. On verra bien où ils vont aboutir.»

«Ses meilleures années devant lui»

Paolo Tramezzani est convaincu que l’avenir de Pajtim Kasami peut être... magnifique. «Pajtim a encore ses meilleures années devant lui, lâche l’entraîneur du FC Sion. J’en ai l’intime conviction. Vous ne pouvez pas imaginer les sacrifices qu’il consent dans sa vie de tous les jours pour être à la hauteur des attentes qui sont les siennes. Ce soir, il a livré un match à la Pajtim. Il a tout simplement évolué au niveau qui est le sien. Il sort de trois saisons à Sion qui ne furent pas de tout repos. Le club va le perdre. C’est regrettable mais Pajtim doit viser plus haut.» Viser plus haut bien sûr, mais viser bien surtout.

"Il y a plusieurs choses à changer que je ne dirai pas à la télé"

Barthélémy Constantin a réagi au micro de Teleclub Sports suite au maintien dans l'élite du FC Sion. Particulièrement agacé, le directeur sportif du club valaisan a toutefois glissé qu'il espérait conserver son entraîneur, Paolo Tramezzani.

03.08.2020

Retour à la page d'accueilRetour au sport