Kyle Beach était la "taupe" des Blackhawks

ATS

28.10.2021 - 09:48

ATS

28.10.2021 - 09:48

On connaît désormais la «taupe» de Chicago: Kyle Beach a révélé à la chaîne canadienne TSN qu'il était le joueur non identifié à l'origine d'une enquête sur des agressions sexuelles commises par des membres des Blackhawks.

Un sombre affaire chez les Chicago Blackhawks.
KEYSTONE

Kyle Beach a révélé dans une interview qu'il était «John Doe», un alias pour protéger son anonymat dans la procédure, un jour après le départ du directeur général des Blackhawks, Stan Bowman, et du vice-président en charge des opérations hockey, Al MacIsaac. Les deux hommes ont quitté le club après que les résultats d'une enquête sur ces allégations d'agression sexuelle ont révélé que l'équipe n'avait pas traité correctement les plaintes pour inconduite déposées en 2010 contre l'ancien entraîneur vidéo Brad Aldrich. Chicago doit également payer une amende de deux millions de dollars.

«J'ai beaucoup d'émotions», a déclaré Kyle Beach à TSN. «J'ai pleuré, j'ai souri, j'ai ri, j'ai encore pleuré. Ma petite amie et moi, nous ne savions pas comment penser. Elle a été mon roc tout au long de ce processus. Et je suis chanceux de l'avoir», a-t-il souligné. «J'ai un grand sentiment de soulagement. J'avais vraiment l'impression que des mensonges avaient été proférés. Et c'était important et spécial de faire sortir la vérité», a ajouté Beach.

La procédure intentée à son initiative accusait Aldrich de l'avoir agressé, lui et un autre joueur, en mai 2010, et la direction de l'équipe de n'avoir pris aucune mesure jusqu'en juin pour ne pas distraire le club de sa course à la Coupe Stanley, la première décrochée par les Blackhawks depuis 1961.

«L'impression de n'être rien»

Brad Aldrich a quitté les Blackhawks à la fin de la saison 2010 en présentant sa démission tout en étant autorisé à participer aux célébrations du titre. Kyle Beach avait été appelé chez les Blackhawks pendant les play-off de 2010, en provenance de la Farm Team, en tant que joueur d'entraînement, un moment «très spécial» selon lui.

«Malheureusement, quelques semaines plus tard, les souvenirs ont été brisés et ma vie a été changée à jamais.» Kyle Beach, un ailier gauche de 31 ans, s'est rappelé qu'il était douloureux de voir Brad Aldrich faire la fête avec l'équipe après le titre. «Je me sentais malade, malade de l'estomac», a-t-il résumé.

«Il ne s'est rien passé. Sa vie était la même que celle de la veille. Le voir avec l'équipe, avec la Coupe Stanley, m'a donné l'impression de n'être rien, de ne pas exister. J'avais l'impression qu'il avait raison et que j'avais tort.»

Kyle Beach a confié qu'il a gardé le silence sur les abus afin de pouvoir continuer à poursuivre son rêve de jouer dans la NHL, un objectif qu'il n'a jamais atteint. «J'ai fait ce que je devais faire pour survivre, pour continuer à poursuivre mon rêve», a-t-il dit. «Donc je n'en ai pas parlé».

ATS