National League

Les ZSC Lions principaux favoris à leur propre succession

19.9.2018

Deux grands favoris vont se battre pour le titre de la National League, qui débute ce vendredi, deux semaines plus tard que d'habitude selon la volonté des clubs. Les Zurich Lions, les tenants, et Berne s'annoncent comme les ogres du championnat.

Qui succédera à Mathias Seger au moment de soulever la coupe ?
Qui succédera à Mathias Seger au moment de soulever la coupe ?
Keystone

Dans une compétition qui prend toujours plus l'allure d'un championnat à deux vitesses, il est bon de se souvenir des exploits du HC Bienne la saison dernière, demi-finaliste méritoire, tombé contre Lugano. Les Seelandais ont apporté un brin de fraîcheur au sommet du hockey helvétique. D'autant que l'image de Davos commence à pâlir.

Pour cette nouvelle saison, Zurichois et Bernois semblent bâtis pour dominer la qualification. Les Zurich Lions de Dave Sutter se sont montrés particulièrement actifs sur le marché tant au niveau suisse qu'étranger.

Du piquant au menu

Denis Hollenstein (Kloten) et Simon Bodenmann (Berne) ont rejoint le Hallenstadion ainsi que le Tchèque Roman Cervenka (Fribourg Gottéron) et le Canadien Maxime Noreau (Berne). Les Lions n'ont pas hésité à aller se servir dans les rangs du CP Berne.

Cela mettra encore plus de piquant dans les rencontres entre les deux "grands", à commencer par celle de vendredi pour l'ouverture du championnat ! Le bateau zurichois a été confié au Canadien Serge Aubin (43 ans), jeune entraîneur qui devra rapidement trouver ses marques.

Le CP Berne, champion en 2016 et 2017, cherchera à ramener le trophée dans la capitale malgré les départs de Noreau et Bodenmann. Cette fois-ci, les Bernois ne devront pas se priver de 13 joueurs en février comme ce fut le cas lors des derniers Jeux olympiques à Pyeongchang. Ce fut certainement une des raisons de l'échec de Berne en demi-finales (2-4) contre les Lions de Zurich.

Parmi les outsiders, Bienne devra confirmer son insolente saison. Les Seelandais du Finlandais Törmänen s'étaient qualifiés pour les demi-finales pour la première fois depuis 1990. Cette fois-ci, il est difficile de sonder les véritables forces de cette équipe.

Damien Brunner pourra-t-il retrouver tous ses moyens dans un environnement certainement plus favorable qu'à Lugano ? La perte du défenseur Beat Forster pour trois mois pourrait peser très lourd.

Place aux jeunes

Le CP Zoug court toujours après un deuxième titre de champion après celui de 1998. Les dirigeants zougois ont investi des sommes colossales depuis plusieurs années sans grande réussite (finale tout de même en 2017). Les dirigeants ont encore prouvé leurs ambitions avec l'engagement de Leonardo Genoni dans la cage dès la saison 2019-2020.

Pour cet exercice, il n'y a pas eu de folies et une place sera faite aux joueurs issus du mouvement juniors. Le tout placé sous la direction d'un jeune entraîneur norvégien, Dan Tangnes, venu de Suède.

Deux fois finaliste au cours des trois dernières saisons, Lugano va chercher à s'immiscer dans la course aux quatre premières places. Le départ de Philippe Furrer à Fribourg Gottéron laisse un gros trou dans la défense. A Romain Loeffel de montrer le même abattage. Si le Suédois Linus Klasen retrouve son niveau d'antan, les perspectives tessinoises pourraient être bonnes.

Genève-Servette: 8e ou 9e ?

Quelle sera la meilleure équipe romande derrière Bienne ? Lausanne et Fribourg Gottéron ont bien renforcé leur effectif. Condamné au tour de relégation la saison dernière, le LHC ne veut pas vivre à nouveau un pareil affront avant de retrouver une patinoire flambant neuve en automne 2019.

Les venues de Christoph Bertschy, Robin Grossmann ou Ronald Kenins situent les ambitions vaudoises. Reste la question de l'entraîneur. Jan Alston a décidé de faire confiance à un néophyte à la carrière de joueur exceptionnelle: Ville Peltonen. A voir dans les semaines à venir.

L'arrivée de Reto Berra dans les buts et de Philippe Furrer devant lui oblige Fribourg Gottéron à viser haut. L'an dernier, les hommes de Mark French avaient accompli un parcours remarquable avec une cinquième place. Certes, l'élimination contre Lugano avait un peu terni la fin de saison. mais ce fut tout de même contre le futur finaliste.

Où placer Genève-Servette avec un Chris McSorley de retour à la barre ? La majorité des pronostics place les Genevois en 9e position, au mieux à la 8e place. En pleine reconstruction dans les coulisses en février alors que les contrats se signent à cette époque, ils se sont contentés d'une campagne de transferts "light".

Le salut peut venir du portier Robert Mayer s'il retrouve son niveau d'il y a deux ans et de la première ligne formée des attaquants Bouma (CAN) et Wingels (USA) associé au revenant Cody Almond.

Retour à la page d'accueil