National League

Zoug et Zurich en grands favoris, les Romands en embuscade

shg, ats

7.9.2021 - 05:00

shg, ats

7.9.2021 - 05:00

Zoug et les Zurich Lions s'annoncent comme les grands favoris de la nouvelle saison de National League, qui débute ce mardi avec quatre matches. Derrière, la lutte s'annonce sévère avec des Lugano et Berne renaissants et des Romands bien affûtés.

Leonardo Genoni et Zoug sont les tenants du titre.
Keystone

Zoug a tous les atouts pour défendre son titre de champion de Suisse, conquis en trois matches lors de la finale contre Genève-Servette. L'entraîneur Dan Tangnes a, certes, perdu Rafael Diaz, pilier de la défense mais il n'est pas resté inactif sur le marché des transferts.

Parmi les étrangers, seuls Kovar et Klingberg sont restés. L'arrivée du défenseur de NHL Christian Djoos (Detroit) ne devrait pas dépareiller l'arrière-garde zougoise. Sur le plan helvétique le club de Suisse centrale a opté pour du solide avec Herzog, Kreis, Marco Müller et Suri.



Eliminé sèchement 3-0 en demi-finale par Genève-Servette, les Zurich Lions n'entendent pas s'arrêter à ce niveau lors de la saison qui vient. Le club du Hallenstadion a misé sur la qualité de son recrutement, quitte à négliger un peu la quantité. Les premiers matches de la saison ont montré que l'engagement du Canadien aux origines portugaises Justin Azevedo (Kazan/KHL) avait sens.

Le retour de Yannick Weber, après une dizaine d'années en Amérique du Nord, se fera à Zurich et à la veille du coup d'envoi du Championnat, les Lions ont prouvé une nouvelle fois leurs ressources financières presque sans fond avec l'arrivée de Denis Malgin. Si l'entraîneur Rikard Grönborg trouve le liant, les Lions seront mordants. Mais voilà, des fois à Zurich, des éléments extérieurs viennent perturber la bonne marche du service...

Stabilité à Fribourg-Gottéron

Fribourg-Gottéron, Lausanne et Genève-Servette sont des prétendants directs aux quarts de finale des play-off (top 6). Troisièmes de la qualification la saison dernière, les Fribourgeois n'avaient pas confirmé contre Genève-Servette malgré le gain du premier match (1-4 dans la série).

La stabilité a été le maître-mot de Christian Dubé. Il a gardé un quatuor d'étrangers déjà présents l'an passé et a tenté le pari de Diaz avec un contrat de quatre ans à la clé. Les premiers matches de Ligue des champions ont été encourageants.

Lausanne a subi un important brassage à tous les niveaux. L'entraîneur Craig McTavish a laissé sa place à John Fust, Hudon et Malgin sont partis, mais le contingent a reçu les renforts de Riat, Baumgartner, Glauser et Fuchs. Avec une palette de cinq étrangers, le LHC paraît bien armé pour titiller le top 4.

Reste toutefois l'énigme de son président Petr Svoboda. C'est toujours bien de posséder un dirigeant qui sait de quoi il parle dans son sport. Toutefois, cela se complique quand l'ancien défenseur, champion olympique à Nagano en 1988, outrepasse les directives de son entraîneur et perturbe la marche de l'équipe...

Bienne: un enfant perdu, un enfant retrouvé

A Genève-Servette, l'imbroglio Linus Omark a agité les coulisses pendant une partie de l'été. Le Suédois, si précieux dans la conservation du palet, retourne finalement dans son pays (Lulea) pour une saison et est censé revenir la saison d'après aux Vernets. Le futur dira si le deal se réalisera vraiment.

Le directeur sportif Marc Gautschi a bien réagi avec l'arrivée de Valtteri Filppula (plus de 1200 matches de NHL), un joueur au large registre appelé à se fondre dans le collectif de Patrick Emond. Généreux dans l'effort, Pouliot doit faire oublier Eric Fehr, parti à la retraite.

Bienne a retrouvé l'un de ses enfants pour en perdre un autre. Après trois bonnes saisons, Janis Moser va tenter sa chance en NHL avec Arizona. Le départ du défenseur est compensé par le retour de Gaëtan Haas, qui après deux saisons à Edmonton, revient dans son club d'origine. Sous la direction d'Antti Törmänen, de retour, lui aussi, après sa rémission d'un cancer, les Seelandais semblent tout de même s'être affaiblis.

Pour Ajoie, il s'agit de maintenir l'euphorie de la promotion le plus longtemps possible. Les Jurassiens de Gary Sheehan ne risquent pas la relégation puisqu'elle est suspendue cette saison. Avec des petits moyens, ils doivent s'accrocher le plus longtemps possible pour garder le soutien de leur public.

shg, ats