National League National League : «C'est inacceptable» - Berne au plus bas

ATS

15.3.2022 - 17:22

11e rang ! Jamais le CP Berne n'a été si mal classé depuis son retour en LNA. Désormais il doit évaluer au plus juste ses faiblesses s'il veut redevenir une puissance du hockey suisse.

Le CP Berne a subi une nouvelle déconvenue lundi soir en National League.
Le CP Berne a subi une nouvelle déconvenue lundi soir en National League.
Keystone

ATS

15.3.2022 - 17:22

«Au plus bas», «pré-play-off pas mérités» et «inacceptable pour Berne», les reproches ne sont pas infondés. Le désastre avec le ratage de la dixième place n'appelle pas les compliments. Mais est-ce que le fier CP Berne tirera les bonnes leçons de ce déclin continu ?

Forts de dix points d'avance sur les éternels outsiders d'Ambri-Piotta, les Bernois avaient tout pour réussir au cours des dix derniers jours de Championnat. Pourtant, cette élimination avant les play-off ne surprend personne. «C'est la troisième année consécutive conclue avec une saison régulière médiocre», relevait au micro de la SRF, le super chef sportif, Raeto Raffainer en poste depuis le printemps dernier. En chiffres, cela donne: 2019 dernier titre de champion, puis 9e, 9e et maintenant 11e, heureusement encore meilleur que les lâchés Langnau Tigers et Ajoie.

Le spleen du capitaine

«C'est inacceptable pour Berne», avance le capitaine Simon Moser, un des piliers de l'équipe. «Ce fut un vol amer jusqu'à l'atterrissage. Maintenant nous sommes au plus bas, il faut un nouveau départ.» Le CP Berne n'est pas le premier club à succès, qui a manqué ce nouveau départ. Longtemps, on s'est reposés sur un noyau de leaders, le rajeunissement dans le cadre fut trop longtemps repoussé à plus tard, aussi en raison de contrats valables de longue durée.

Aujourd'hui, onze contrats sont arrivés à terme. C'est la chance pour un profond remaniement, mais aussi une source constante d'agitation autour de l'équipe. Beaucoup de joueurs ont su plus ou moins tôt ou tard, qu'ils n'auraient plus d'avenir dans le club. Même de l'intérieur de l'équipe, il n'était pas rare d'entendre des témoignages tel que «Tous ne se battent pas jusqu'à la dernière force». Le feu, si bien entretenu à la tête d'Ambri-Piotta par les Léventins pure souche, Luca Cereda le coach et Paolo Duca le directeur sportif, n'apparaît pas à Berne.

Les fans paient mais désertent

Même les fans fidèles ont commencé à tourner le dos à l'équipe. Officiellement, le SCB a perdu 2900 spectateurs par match en comparaison de la saison avant-Covid. En vérité, c'est encore plus, les détenteurs d'abonnement ont, certes, réglé leur obole, mais ils avaient souvent plus l'envie de se rendre aux matches. Cela bien se traduit bien sûr par une baisse sensible des rentrées provenant du secteur de la gastronomie dont le CP Berne est plus tributaire que tous les autres clubs suisses.

A la différence avec Ambri, il manque à Berne les émotions qui ont plus ou moins disparues totalement. Ce fut tellement visible lorsque les Tessinois sont venus gagner 5-1 dans la capitale trois journées avant la fin. Un point ce jour-là aurait suffi aux Bernois pour atteindre les pré-play-off.

«Nous devons maintenant tout remettre à jour», lâche Raffainer. «C'est maintenant mon boulot et celui de mon directeur sportif. Depuis l'été, rien n'est allé comme nous l'aurions voulu.» L'entraîneur Johan Lundskog est également dans le viseur. Venu de Davos, tout comme Raffainer, il n'a pas semblé capable d'apporter le feu dans l'équipe et un concept clair. Aujourd'hui, Raffainer et le directeur sportif Andrew Ebbett ont la chance de pouvoir construire leur équipe à leur goût.

Avec Joël Vermin, Romain Loeffel, Chris DiDomenico, Marco Lehmann et Jesse Zgraggen, cinq renforts sont annoncés pour la saison prochaine. Il s'agira aussi de régler le problème des joueurs étrangers où Raffainer et Ebbett ainsi que leurs prédécesseurs n'ont pas vraiment eu la main heureuse ces derniers temps. A l'exception de Dominik Kahun, à l'expérience de NHL, il y a eu beaucoup de déceptions. L'Allemand sera-t-il encore là en septembre prochain ou tentera-t-il encore une fois sa chance en NHL, la question est encore ouverte. «Nous avons des jeunes, qui ont bien fait leur job, c'est positif pour l'avenir», relève l'Allemand.

ATS