NHL: épilogue dans le scandale sexuel chez les Blackhawks

ATS

16.12.2021 - 09:43

ATS

16.12.2021 - 09:43

Les Chicago Blackhawks ont conclu un accord avec leur ancien espoir Kyle Beach, à l'origine d'une enquête sur des agressions sexuelles au sein du club, dans le cadre du procès pour négligence intenté par le joueur, ont annoncé les deux parties mercredi.

Kyle Beach avait été victime d'agressions sexuelles chez les Chicago Blackhawks.
Keystone

Beach avait lancé en mai une action en justice contre les Blackhawks en raison de la façon dont le club avait traité les accusations d'agression sexuelle qu'il avait émises en 2010 contre l'entraîneur vidéo de l'époque, Brad Aldrich.

Aucune mesure n'avait alors été prise jusqu'à la fin de la saison pour ne pas gêner le club dans sa course à la Coupe Stanley, la première décrochée par les Blackhawks depuis 1961.

«Les parties sont heureuses d'annoncer que la médiation d'aujourd'hui a abouti à un règlement confidentiel entre les Blackhawks et Kyle Beach», ont déclaré le président des Blackhawks, Rocky Wirtz, le directeur général, Danny Wirtz, et l'avocate de Beach, Susan Loggans.

«Les Blackhawks espèrent que cette résolution apportera une certaine paix et permettra à M. Beach de tourner la page sur cette histoire.»

Brisure

Beach, aujourd'hui âgé de 31 ans, avait été appelé chez les Blackhawks pendant les séries éliminatoires de 2010, en provenance de la réserve, en tant que joueur d'entraînement.

«Malheureusement, quelques semaines plus tard, mes souvenirs ont été brisés et ma vie a été changée à jamais», avait-il relaté. Selon ses déclarations, Aldrich l'avait alors forcé à se livrer à des actes sexuels en le menaçant d'un préjudice physique et financier.

Après avoir dans un premier temps rejeté la plainte de Beach, les Blackhawks ont lancé une enquête indépendante, à l'issue de laquelle le directeur général Stan Bowman a démissionné. L'entraîneur des Florida Panthers, Joel Quenneville, qui a entraîné l'équipe en 2010, a également quitté ses fonctions. L'équipe avait également été condamnée à une amende de 2 millions de dollars pour ses «procédures internes inadéquates et sa réaction insuffisante et inopportune».

ATS