Une nouvelle ère commence pour le LHC

ATS

4.9.2019 - 16:06

Demi-finaliste de National League la saison passée, Lausanne espère bien retrouver les play-off cette saison. Dans un écrin flambant neuf, source de nouveaux revenus mais aussi de nouveaux métiers.

La direction du LHC est venu parler de la prochaine saison qui débutera à domicile le 24 septembre pour les Lions dans un écrin tout neuf.
Source: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le championnat recommence dans un peu plus d'une semaine pour l'ensemble de la National League, mais pour le LHC un autre coup d'envoi aura lieu le 24 septembre contre Genève-Servette, celui du premier match dans la Vaudoise aréna, complexe devisé à 220 millions de francs dont le centre névralgique sera la patinoire principale de 9600 places.

La remise des clefs, initialement prévue le 2 août, a dû être repoussée au mois de septembre. Et alors que certaines rumeurs voyaient déjà le LHC incapable de recevoir Genève le 24 septembre, le directeur général du club, Sacha Weibel, a tenu à rassurer tout le monde: «La patinoire sera prête le 24. Ce ne sera pas fait à 100%, mais tout le confort sera là. L'entreprise Steiner ne quitte pas le chantier.»

Pour le directeur sportif Jan Alston, le chantier du bâtiment ne doit pas venir polluer le sien au niveau sportif. «On a la chance de faire la Ligue des champions et je souhaite que l'on passe cette première phase (réd: Lausanne a 3 points et accueille Minsk et Lahti vendredi et dimanche à Yverdon). En championnat, les douze équipes sont susceptibles de faire les play-off, donc il faudra être prêt. Je pense notamment à ce mois de janvier avec les JOJ à Lausanne qui vont nous contraindre à jouer deux rencontres en vingt jours, puis six en neuf. Mais il ne faudra pas se chercher d'excuses en cas de mauvaise passe.»

L'entraîneur Ville Peltonen, au devant de sa deuxième saison à la barre, veut voir une équipe «plus forte, plus rapide et avec un sentiment de fierté de jouer contre les meilleures formations d'Europe».

Et enfin avec sa nouvelle enceinte, Lausanne va entrer dans une dimension différente. «Le chiffre d'affaires de la partie restauration va passer de 1,5 million à 8 ou 9, précise Sacha Weibel. Et on aura une partie «événements» en partenariat avec AEG. Pour nous, c'est un tout nouveau métier que l'on ne connaît pas.»

ATS

Retour à la page d'accueilRetour au sport