Yannick Weber : "Je mentirais si je disais que cela a été facile"

ATS

23.9.2021 - 15:32

ATS

23.9.2021 - 15:32

Yannick Weber est de retour en Suisse après une longue carrière en NHL. Le défenseur, qui évolue depuis le début de la saison aux Zurich Lions, ne regrette pas son choix.

Yannick Weber est fier sa carrière en NHL.
Keystone

Parti en Amérique du Nord 2006, à l'âge de 17 ans, Weber a griffé la glace avec quatre clubs différents en NHL, soit Montréal, Vancouver, Nashville et Pittsburgh, pour un beau total de 541 matches et 100 points.

Son aventure a pris fin de manière décevante, puisqu'il n'a fait que deux apparitions avec les Pittsburgh Penguins la saison dernière. Mais il s'est accroché, même s'il aurait gagné davantage en revenant plus vite en Suisse.

Confiance et travail

«Je savais que j'avais les qualités, la volonté et la mentalité pour m'établir en NHL et que j'aurais des chances de jouer tant que je travaillerais dur», a-t-il expliqué. «La confiance en moi était une condition essentielle. Sans cela, tu ne vas pas loin, à moins d'être une superstar. Les doutes peuvent vite influencer négativement les performances», a ajouté le désormais joueur des Lions, qui a fêté jeudi son 33e anniversaire.

Weber n'est pas amer par rapport à son passage chez les Penguins. Pouvoir s'entraîner avec des stars telles que Sidney Crosby ou Evgeni Malkin a constitué une expérience spéciale. «J'ai joué avec beaucoup de superstars, mais aucun n'a le niveau de Crosby, à part peut-être McDavid (Edmonton). Le voir travailler, ainsi que les autres cadres du club, et aussi l'observer en tant que joueur et être humain, j'ai trouvé ça impressionnant. Cela a été le point positif dans une saison malheureuse.»

Qualité de vie

Le Suisse s'est vite rendu compte que son avenir en NHL s'était assombri. Il s'est résolu à sonder le marché dans son pays natal et a finalement signé au début juin pour trois ans aux Zurich Lions.

«Je mentirais si je disais que cela a été facile de mettre fin à mon aventure en Amérique du Nord. Mais j'ai pu m'y préparer et j'ai eu pas mal de temps pour digérer. Je ressens une grande fierté en regardant mon passage là-bas. Après, c'est vrai que j'ai aussi rapidement vu les éléments positifs d'un retour en Suisse.»

Le défenseur assume désormais de grandes responsabilités avec les Lions, tout en pouvant être proche de sa famille. «Zurich offre une très grande qualité de vie, l'organisation du club est très professionnelle, le titre constitue l'objectif chaque année. Je voulais avoir cette pression selon laquelle les fans attendent quelque chose de l'équipe», a dit Yannick Weber, qui est marié avec Kayla Price, la soeur du gardien Carey Price.

Jamais content

Les dirigeants et les supporters attendent évidemment beaucoup de leur nouvelle recrue. «Mais les plus grandes attentes viennent en premier lieu de moi. Je suis quelqu'un qui n'est jamais content de mes prestations. C'est une des raisons qui expliquent pourquoi j'ai eu si longtemps du succès en Amérique du Nord.»

Il est cependant conscient qu'une période d'adaptation est nécessaire. «Beaucoup de choses sont nouvelles pour moi. Je savais dès le début que revenir en Suisse serait un gros défi», a-t-il dit en guise de conclusion.

ATS