Cyclisme

Denifl condamné à deux ans de prison

ATS

12.1.2021 - 17:27

Stefan Denifl a été condamné à deux ans de prison par le tribunal régional d'Innsbruck pour «fraude sportive aggravée» dans le cadre des malversations du réseau international Aderlass.

Stefan Denifl a été condamné à 2 ans de prison
Keystone

La peine est assortie d'une période de 16 mois de sursis, ainsi que d'une amende de 349'000 euros. Le parquet et la défense ont trois jours pour décider d'un éventuel appel de la décision, a précisé Andreas Stutter, vice-président de l'instance. Denifl (33 ans) était également accusé d'avoir dissimulé de l'argent sur un compte en amont du procès, mais il a été acquitté de ce chef-là.

Stefan Denifl, qui a terminé 7e de Paris-Nice en 2014 et remporté la 17e étape de la Vuelta 2017 – une victoire dont il s'est vu déposséder depuis à cause de son implication dans le réseau Aderlass -, avait admis lors des premières audiences de février 2020 des faits de dopage sanguin.

L'Autrichien avait cependant nié toute fraude en sport professionnel et assuré avoir rempli tous ses contrats, alors que le parquet lui reprochait d'avoir abusé ses sponsors en consacrant une partie des sommes récoltées à des achats de substances illicites, principalement des hormones de croissance.

Denifl avait été suspendu pour une durée de quatre ans dans la foulée du démantèlement du réseau Aderlass ("saignée» en allemand), qui passe pour avoir fourni en produits dopants une vingtaine de sportifs de nationalités diverses, essentiellement des skieurs de fond et des cyclistes.

La justice autrichienne a déjà prononcé plusieurs condamnations dans cette affaire. L'ancien fondeur Johannes Dürr, qui avait révélé l'existence du trafic dont il est accusé par la justice d'avoir été un collaborateur actif, a ainsi été condamné à 15 mois de prison avec sursis.

L'affaire a éclaté publiquement le 27 février 2019, lorsque la police autrichienne a procédé à une spectaculaire descente sur le site des Championnats du monde de ski nordique, dans le Tyrol autrichien. Cinq athlètes avaient été arrêtés sur-le-champ.

Simultanément, Mark Schmidt, chef d'orchestre du réseau à la tête d'un laboratoire clandestin, avait été interpelé par la police allemande à Erfurt. Son procès s'est ouvert en septembre 2020 à Munich et le verdict est attendu ce vendredi. L'accusation a requis cinq ans et demi de prison à l'encontre du médecin allemand.



Retour à la page d'accueilRetour au sport

ATS