Européens de natation Une étape pour Ponti, la dernière chance de Desplanches

ats

13.6.2024 - 14:07

Après les spécialistes d’athlétisme, les nageurs ont également droit à des championnats d’Europe dès lundi prochain dans le grand bassin de Belgrade. Si ces joutes ne constituent qu’une étape avant les JO de Paris pour Noè Ponti ou Roman Mityukov, Jérémy Desplanches veut et doit sortir le grand jeu.

Les Européens de natation ne constituent qu’une étape avant les JO de Paris pour Noè Ponti.
Les Européens de natation ne constituent qu’une étape avant les JO de Paris pour Noè Ponti.
KEYSTONE

13.6.2024 - 14:07

1'57''94: ce temps, Jérémy Desplanches ne pensait avoir aucune peine à le réaliser le 30 juillet 2021 à sa sortie du grand bassin de Tokyo où il s'était paré du bronze olympique sur 200 m 4 nages grâce à un nouveau record de Suisse (1'56''17). Et pourtant, il n'est toujours pas redescendu sous les 1'58'' depuis.

La der' a donc sonné pour le Genevois. Il ira à Paris, en tant meilleur spécialiste suisse de la brasse pour le relais 4x100 m 4 nages. Mais, s'il ne réussit pas cette fameuse limite à Belgrade le samedi 22 (séries et demies) ou le dimanche 23 juin (finale), il pourrait bien ne pas obtenir le droit de s'aligner sur 200 m 4 nages.

Jérémy Desplanches assure avoir retrouvé tout son mordant, ainsi que son poids de forme après avoir perdu 5 kilos. Il avoue ne pas s'être senti capable de se soumettre à la même ascèse que lors du long cycle olympique ayant mené à Tokyo. Il espère que sa grande rigueur des derniers mois suffira à refaire de lui un chasseur de médailles.

Champion d'Europe en 2018 et 2e des joutes continentale en 2021, le Genevois – qui aura 30 ans pendant les Jeux, le 7 août – devrait ne connaître difficulté pour se hisser en finale à Belgrade. Il espère alors pouvoir «lâcher les chevaux» afin d'aller chercher son ticket pour Paris et de briguer une troisième médaille continentale.

Belgrade, une étape avant tout

Le leader de la natation helvétique avait terminé au pied du podium lors des derniers Européens en grand bassin, en 2002 à Rome. Son échec n'avait pas empêché la délégation helvétique de réussir la plus belle moisson de son histoire dans cette compétition avec quatre médailles dont un titre.

Sacrée à Rome sur 200 m brasse, Lisa Mamié vise tout naturellement un troisième podium européen consécutif après s'être parée d'argent en 2021 à Budapest. A l'image de Jérémy Desplanches, elle n'est pas parvenue à accrocher la limite qualificative pour Paris (2'23''91). Mais elle devrait pouvoir obtenir une invitation pour ces Jeux.

Les deux autres médaillés suisses de Rome 2022 ont en revanche déjà leur ticket pour Paris 2024 en poche. En argent sur 100 m papillon il y a deux ans, Noè Ponti est le deuxième performeur mondial de l'année dans sa discipline fétiche avec 50''16. Il peut se couvrir d'or en Serbie.

Belgrade n'est qu'une étape pour le Tessinois, qui ne fera qu'interrompre sa préparation aux JO pour s'aligner mercredi et jeudi prochains sur 100 m papillon. Mais il a largement les moyens d'aller y chercher un premier titre en grand bassin, six mois après avoir signé le triplé en papillon lors des Européens en petit bassin.

Mityukov veut se venger

La donne n'est pas tout à fait la même pour Antonio Djakovic, qualifié sur 200 et 400 m libre pour Paris 2024. Le double médaillé d'argent de Rome 2022 n'a pas (encore) signé de performance chronométrique marquante en 2024. Et il rêve lui aussi avant tout de JO, même si la concurrence est immense en crawl.

Elle l'est moins sur 200 m dos, la spécialité du troisième nageur suisse déjà assuré d'être du voyage à Paris, Roman Mityukov. Médaillé de bronze puis d'argent lors des Mondiaux 2023 et 2024, il piaffe d'impatience à l'idée de plonger dans le grand bassin de Paris à la fin juillet.

«Je ne serai même pas rasé pour ces Européens», a souligné le Genevois, qui s'est confié à Keystone-ATS mercredi. «Mais je veux me venger après mes trois 4es places de Budapest», où il avait échoué au pied du podium sur 100, 200 dos et 4x200 libre lors des derniers Européens. «Une médaille, c'est toujours bon pour la confiance.»

Bollin en outsider

Quatrième Suisse qualifié pour Paris, Thierry Bollin lorgne aussi le podium à Belgrade, sur 100 m dos. La Vaudoise Fanny Borer ou Marius Toscan espèrent quant à eux pouvoir disputer l'une ou l'autre finale à Belgrade, où 14 Suisses (cinq femmes et neuf hommes) seront de la partie. Parmi eux figure un quatrième Romand, Tiago Behar, qui vise une place dans le relais 4x200 m libre pour Paris.

ats