Athlétisme

Warholm maîtrise, scène insolite sur le 3000 m steeple

ats

9.7.2021 - 22:10

ats

9.7.2021 - 22:10

Une semaine après son record du monde, Karsten Warholm a encore tenu la vedette au meeting de Monaco (Ligue de diamant) en avalant le 400 m haies en 47''08, sans être inquiété.

Karsten Warholm est intouchable en ce moment.
KEYSTONE

Le Norvégien sera «chaud» aux JO.

Pied au plancher dès le premier virage, Warholm, en l'absence de l'Américain Rai Benjamin, a amélioré le record du meeting et n'est pas resté très loin de son record du monde d'Oslo (46''70).

L'extrême confusion introduite par le nouveau règlement pour les sauts horizontaux est apparue au grand jour lors du triple saut féminin. Grande dominatrice après les cinq premiers essais (15m12), la Vénézuelienne Yulimar Rojas a mordu de quelques centimètres lors du saut final réservé aux trois premières.

Les compteurs étant remis à zéro entre les trois finalistes, la double championne du monde voyait ainsi la victoire et le chèque s'envoler, au profit de la Jamaïcaine Shanieka Ricketts (14m75). D'autant plus rageant que Rojas, sur son ultime tentative à peine mordue, avait atterri au-delà des 15m50 synonymes de record du monde.

Incompréhensible

Le 3000 m steeple a connu une scène rocambolesque. Détaché en tête, le Kényan Benjamin Kigen croyait avoir course gagnée en entendant la cloche. Mais le préposé l'avait agitée un tour trop tôt, provoquant le désarroi et l'abandon de Kigen (victoire de l'Ethiopien Lamecha Girma en 8'07''75). Une erreur des officiels incompréhensible à ce niveau.

Vidéo Youtube

Le Norvégien Jakob Ingebrigtsen a trouvé cette fois à qui parler. Le double champion d'Europe a pris la 3e place du 1500 m, dominé par le Kényan Timothy Cheruiyot, premier homme de l'année à passer sous 3'30'' (3'28''28). Quatrième seulement des sélections kényanes, Cheruiyot n'ira pourtant pas aux JO de Tokyo.

Le 1500 m féminin a débouché sur une rare défaite de la double championne du monde, la Néerlandaise Sifan Hassan, battue dans la dernière ligne droite par la Kényane Faith Kipyegon, qui s'est rapprochée à une seconde pile du record du monde, en 3'51''07.

Le 100 m hommes a vu la fusée américaine Trayvon Bromell «s'écraser» (10''01), laissant son compatriote Ronnie Baker s'imposer en 9''91.

ats