NFL

Le propriétaire des Commanders cité à comparaître

ATS

23.6.2022 - 09:07

Le propriétaire de la franchise NFL des Washington Commanders a été cité à comparaître mercredi devant une commission du Congrès américain. Celle-ci est chargée d'enquêter sur l'environnement de travail présumé toxique au sein du club.

Dan Snyder a été cité à comparaître.
Keystone

ATS

23.6.2022 - 09:07

Dan Snyder est soupçonné de chercher à entraver une enquête de la NFL ouverte sur les conditions et l'atmosphère de travail dans sa franchise. Carolyn Maloney, présidente de la commission de la Chambre des représentants chargée du contrôle et de la réforme, a déclaré dans un communiqué qu'il allait être cité à comparaître après son «refus continu et infondé» de témoigner volontairement devant ladite commission.

Déjà une amende de 10 millions

«Le refus de M. Snyder de témoigner montre clairement qu'il est plus soucieux de se protéger que de dire la vérité. Si la NFL n'est pas disposée à lui demander des comptes, je suis prête à le faire», a-t-elle déclaré.

Les parlementaires tentent de faire la lumière sur des accusations de mauvaises conduites et de harcèlement sexuel sur le lieu de travail au sein des Washington Commanders. La franchise a déjà été condamnée l'an dernier à une amende de 10 millions de dollars par la NFL, qui a établi des faits de harcèlement sexuel et d'intimidation.

En février dernier, une ancienne pom-pom girl et cadre du marketing de l'équipe a raconté à la commission du Congrès la façon dont elle avait été harcelée sexuellement par Snyder. Dans un mémo de 29 pages diffusé mercredi, les législateurs détaillent la manière dont les Commanders ont traité les allégations portées par des employées du club.

«Enquête fantôme»

Ils dénoncent aussi l'ouverture par Snyder d'une «enquête fantôme» destinée à «discréditer ses accusateurs aux yeux de la NFL». Cette «enquête fantôme» avait pour but de monter «un dossier (...) consistant en un document PowerPoint de 100 pages détaillant les communications privées et les activités sur les réseaux sociaux de journalistes du Washington Post et d'anciens employés».

«Cette présentation, en date du 23 novembre 2020, semble se baser sur des textos, des courriels, des registres d'appels téléphoniques, des transcriptions d'appels téléphoniques et des messages postés sur les réseaux sociaux d'une cinquantaine de personnes dont M. Snyder semblait penser qu'elles étaient impliquées dans un complot visant à le dénigrer», poursuivent les parlementaires.

La commission a également établi que, pendant l'enquête de la NFL dirigée par l'ancienne procureure fédérale Beth Wilkinson, Snyder et son équipe juridique avaient proposé des transactions financières à d'anciennes pom-pom girls pour acheter leur silence.

Mme Wilkinson a également dit avoir trouvé des preuves contestant le caractère indépendant de l'enquête diligentée par la NFL, car Snyder disposait d'un moyen pour bloquer la communication de certaines informations.

La Ligue, informée des efforts de Snyder visant à faire échouer l'enquête dirigée par Beth Wilkinson, «n'a pas pris de mesures significatives pour l'en empêcher», a cinglé la commission, fustigeant de surcroit l'incapacité de la NFL de publier un rapport écrit complet.

«Raisons impérieuses»

Le patron de la Ligue, Roger Goodell, a plaidé mercredi, devant les membres du Congrès, des «raisons impérieuses» de ne pas rendre publiques les conclusions complètes de l'enquête.

«Nous avons été francs et directs sur le fait que la culture du travail au sein des Commanders n'était pas uniquement non-professionnelle, mais toxique pendant beaucoup trop longtemps», a-t-il dit, se drapant ensuite dans l'importance de préserver la confidentialité des témoins.

Interrogé, quant à savoir s'il était «prêt à faire plus» pour sanctionner Snyder, Goodell a répondu: «Je n'ai pas l'autorité pour le destituer.»

ATS