Les Stefan de Thurgovie à l'attaque du monde

dom, ats

19.9.2021 - 05:00

dom, ats

19.9.2021 - 05:00

Ils sont homonymes, partagent origine et talent, et se retrouvent comme adversaires sur les parcours de course: Stefan Küng et Stefan Bissegger figurent parmi les favoris du contre-la-montre des Championnats du monde dimanche.

Stefan Bissegger figure parmi les favoris du contre-la-montre des Championnats du monde.
KEYSTONE

Dans la lutte contre le temps, la Suisse a pu compter pendant de nombreuses années sur Fabian Cancellara comme garant de médailles. Les quatre titres mondiaux du double champion olympique du contre-la-montre constituent toujours un record. Désormais, le cyclisme helvétique dispose avec Stefan Küng et Stefan Bissegger de deux spécialistes du «chrono» de classe mondiale. Un luxe.

Déjà établi, Küng a accueilli la concurrence de son compatriote thurgovien pour sa première saison pleine. L'ancien mécanicien sur vélo de Frauenfeld a remporté droit des sept victoires suisse sur Wolrd Tour en 2021. «Muni», son surnom, a brillé bien sûr dans l'exercice de l'effort solitaire.

Küng mène au score

A l'occasion de l'étape chronométrée du Tour de Suisse en juin, Bissegger (23 ans) et Küng, son aîné de cinq ans, se sont livré un quasi duel privé pour le maillot jaune de leader, qui a finalement tourné à l'avantage du plus routinier. Ce ne fut pas toujours le cas cette saison. Ainsi, au Tour de Romandie et au récent Tour du Benelux, le plus jeune avait devancé le rouleur de l'équipe Groupama. Lors de son dernier succès pas loin d'Amsterdam, Bissegger avait réussi à laisser Küng derrière lui avec une avance de 20'' sur 11 kilomètres. Toutefois, dans les duels directs, Küng mène 5-3 cette saison parce qu'il fut deux fois plus rapide au Tour de France.

A l'occasion du dernier affrontement entre les deux anciens champions du monde juniors sur piste, Küng s'est imposé avec le titre européen à la clé. Le résultat fut plus amer pour Bissegger, évincé de peu du podium (4e) pour son premier Championnat d'Europe dans l'élite.

Plat, mais long

Le contre-la-montre messieurs inaugurera les Championnats du monde dimanche dans les Flandres. Comme lors des récents Européens, le tracé sera plat, mais il sera presque deux fois plus long avec 43,3 km entre Knokke-Heist et Bruges. Cela devrait constituer un désavantage pour Bissegger, qui doit encore prouver sa valeur sur les longues distances.

Küng avait dû se battre aussi pour appréhender les épreuves au-dessus des 20 km dans ses premières années professionnelles. Depuis plus d'un an, le quintuple champion de Suisse du «chrono» évolue à un niveau élevé constant. Il semble avoir finalement bien encaissé sa désillusion des Jeux olympiques de Tokyo, où il a manqué la médaille de bronze pour quatre dixièmes de seconde.

La soif de revanche ne semble pas apaisée par la défense de son titre européen. Même si avec les absences de Primoz Roglic et Tom Dumoulin, le champion olympique et le deuxième de Tokyo seront absents aux Mondiaux, la concurrence reste forte. Avec le tenant du titre Filippo Ganna et le Belge Wout van Aert, qui courra chez lui, Küng retrouvera deux coureurs avec qui il avait partagé le podium l'an dernier à Imola. Le double vainqueur du Tour de France, Tadej Pogacar et le jeune talent belge Remco Evenepoel (2e aux Mondiaux 2019) se présenteront comme des candidats aux médailles.

Un podium avec deux Suisses aux Mondiaux du contre-la-montre n'a existé qu'à une seule reprise: en 1996 à Lugano grâce à Alex Zülle (1er) et Tony Rominger (3e).

dom, ats