Richard Chassot : "On ne pourrait pas être plus restrictif"

ATS

13.4.2021

ATS

13.4.2021

L'édition 2021 du Tour de Romandie ne sera forcément pas comme les autres. Les nombreuses restrictions sanitaires que doivent appliquer ses organisateurs ont qui plus est un coût non négligeable.

Richard Chassot : "A part un nouveau confinement, je ne vois pas ce qui pourrait poser problème."
Keystone

"Il faut tenir compte de deux aspects", souligne Richard Chassot, directeur de l'épreuve. "D'une part, il y a une perte en matière de visibilité, notamment pour nos sponsors. D'autre part, il y a des coûts supplémentaires à engager avec par exemple toutes les barrières à installer pour mettre en place la bulle sanitaire, les masques, les gels ou encore l'hébergement", énumère-t-il.

"L'évaluation est encore en cours. Mais l'impact devrait être de 250-300'000 francs, soit environ 50-75'000 francs par jour de coûts supplémentaires engendrés par le Covid-19", précise-t-il, soulignant par exemple que les équipes n'auront pas de contact entre elles à l'hôtel. "Sans compter les pertes liées à l'absence des VIP et du public, même s'il y a très peu de vente directe", ajoute-t-il.

"Les pertes indirectes sont par ailleurs difficiles à calculer. Les sponsors et les villes perdent également des revenus potentiels", enchaîne-t-il. "Il est clair qu'il n'y a pas de bénéfice à attendre sur cette édition. Mais on est parvenu à limiter les coûts dans certains domaines, ce qui permettra à notre Fondation de ne pas perdre d'argent", glisse-t-il.



Le budget de cette édition est d'ailleurs quasiment le même que celui qui était prévu pour 2020 (environ 4,2 millions de francs, sans compter les droits TV). "Nous avons pu économiser sur d'autres aspects logistiques", en raison justement de l'absence du public. "Et on espère pouvoir organiser cet automne notre Etape gourmande", un banquet pour lequel chaque convive doit débourser 220 francs.

"Si on peut organiser cette Etape gourmande, on sera peut-être à zéro dans nos comptes. On pourra même éventuellement dégager un bénéfice", lâche Richard Chassot, qui rappelle que l'annulation de l'édition 2020 - actée à la mi-mars - a coûté énormément d'argent. "Environ 1 million de francs avaient déjà été engagés un mois et demi avant la course", souligne-t-il.

"On n'aurait d'ailleurs pas pu organiser cette édition 2021 sans le soutien de la Loterie romande, qui a maintenu l'an dernier sa subvention de 950'000 francs malgré l'annulation, de l'Office fédéral du sport, qui avait couvert nos pertes à hauteur de 200'000 francs, et des cantons", explique le Fribourgeois, qui a dû passer quelques nuits blanches au cours des 15 derniers mois.

Huis clos maintenu de toute manière

Et ce n'est sans doute pas fini, la situation sanitaire évoluant sans cesse. Mais si le Conseil Fédéral venait à assouplir les mesures sanitaires mercredi, le Tour de Romandie ne modifierait pas sa ligne de conduite restrictive. "On restera à huis clos dans les villes et les sites d'arrivée, même si les terrasses pouvaient rouvrir", lâche Richard Chassot.

"On veut également que les spectateurs présents au bord des routes portent le masque et respectent la distanciation sociale", explique l'ancien coureur professionnel, qui pourra notamment compter sur des "Covid-Angels" ainsi que sur trois voitures dont l'objectif sera d'informer le public pour faire respecter les restrictions en vigueur. "On ne pourrait pas être plus restrictif", assure-t-il.



Que se passerait-il si la situation sanitaire empirait dans un canton ou une ville concernés par la course ? "Devoir renoncer totalement à une étape poserait problème sur le plan financier. On préférerait avoir des restrictions plus sévères à imposer, quitte à devoir réduire un parcours. A part un nouveau confinement, je ne vois pas ce qui pourrait poser problème", répond-il.

"Mais une ville pourrait devoir renoncer en raison de problèmes sanitaires. On devrait alors déplacer le départ. Mais nous avons des plans de rechange, nous sommes habitués à cela en raison du climat", sourit Richard Chassot, qui se dit "heureux de pouvoir offrir à nouveau du spectacle". Mais "c'est une demi-satisfaction de pouvoir organiser ce TdR, car j'aurais aimé le retour du public."

Le parcours du Tour de Romandie 2021

  • Mardi 27 avril, 1re étape : prologue à Oron-la-Ville (4 km).
  • Mercredi 28 avril, 2e étape : Aigle - Martigny (168 km).
  • Jeudi 29 avril, 3e étape : La Neuveville - St-Imier (165 km).
  • Vendredi 30 avril, 4e étape : Estavayer - Estavayer (168 km).
  • Samedi 1er mai, 5e étape : Sion - Thyon 2000 (161 km).
  • Dimanche 2 mai, 6e étape : contre-la-montre à Fribourg (16,1 km).