Swiss Olympic monte au front

ats

30.11.2021 - 18:54

ats

30.11.2021 - 18:54

Le sport suisse ne va pas pouvoir supporter les restrictions de voyage et les dispositions de quarantaine actuellement en vigueur, souligne Swiss Olympic dans un communiqué.

Jürg Stahl et Swiss Olympic remettent en cause certaines décisions du Conseil fédéral.
KEYSTONE

En revanche, l'organisation faîtière du sport suisse soutient les mesures proposées ce jour par le Conseil fédéral contre le coronavirus.

Le fait que les groupes fixes de 30 personnes au maximum soient à l'avenir également soumis à l'obligation de certificat constituerait, certes, un changement important pour les entraînements. D'un point de vue du sport, cette mesure serait toutefois acceptable; l'essentiel reste que le sport de masse puisse continuer à être pratiqué, précise Swiss Olympic.

En outre, la semaine dernière, Swiss Olympic avait déjà demandé aux fédérations sportives d'étendre l'obligation de porter un masque, comme le propose maintenant le Conseil fédéral.



Règles pas supportables

En revanche, du point de vue du sport, les restrictions de voyage et les règles de quarantaine que le Conseil fédéral a introduites et étendues depuis l'apparition du variant Omicron, ne sont pas supportables, poursuit le communiqué.

Swiss Olympic convient qu'il est nécessaire de protéger la population contre ce variant. «Cependant, si les restrictions de voyage et les dispositions de quarantaine sont maintenues, l'organisation des manifestations sportives internationales en Suisse sera en danger, voire impossible. Cela mettrait à nouveau les sportives et sportifs, les organisateurs, les fédérations et les clubs (ainsi que différents secteurs de l'économie) dans une grande difficulté», explique le président de Swiss Olympic Jürg Stahl dans le communiqué de Swiss Olympic.

Les premières épreuves touchées pourraient être les courses de vitesse de la Coupe du monde dames de ski alpin le week-end des 11 et 12 décembre à St-Moritz.



Dans ces conditions, les athlètes de haut niveau qui participent à des compétitions internationales et qui doivent, selon le pays de la compétition, être mis en quarantaine à leur retour, ne peuvent plus exercer leur profession.

«En tant qu'association faîtière du sport suisse, Swiss Olympic encourage le Conseil fédéral et les cantons à trouver une solution qui permette l'organisation des prochaines manifestations sportives internationales et qui prévoie une exception de quarantaine pour les athlètes d’élite. Swiss Olympic est volontiers prête à contribuer à l'élaboration d'une telle solution», ajoute Jürg Stahl.



ats