Tour de Suisse : la bonne affaire pour Richard Carapaz

ATS

10.6.2021

ATS

10.6.2021

Richard Carapaz (Ineos) a remporté la 5e étape du Tour de Suisse entre Gstaad et Loèche-les-Bains. Le vainqueur du Giro 2019 a profité de cette première étape de montagne pour attaquer.

L'Equatorien avait certainement entouré cette étape et il n'a pas manqué son coup. Alors qu'Esteban Chaves puis Jakob Fulgsang ont été les premiers à se lancer dans la grande bagarre, Carapaz a attendu le bon moment et a porté son attaque à 4,5 km de l'arrivée. Revenu sur Fuglsang, le grimpeur sud-américain a dû se débrouiller seul, puisque le Danois n'avait sans doute plus beaucoup de gaz.

Fuglsang s'est aussi préservé pour le sprint final qu'il a été le premier à lancer. Mais Carapaz, deuxième de la dernière Vuelta, n'avait pas l'intention de laisser filer les dix secondes de bonification promises au vainqueur. L'Equatorien a donc fait coup double avec le succès d'étape et la première place du général.

Il dépossède en effet Mathieu van der Poel du maillot jaune. Carapaz dispose désormais de 26 secondes de bonus sur Fuglsang , de 38 sur Max Schachmann et de 53 sur Alaphilippe qui a écopé d'une pénalité de vingt secondes pour avoir pris un bidon à sa voiture dans les dix derniers kilomètres.

Les Suisses discrets

Sous une forte chaleur, les Suisses n'ont pas trouvé un terrain propice à leurs desseins. Sur les 19 partants, aucun n'a pu se glisser dans le top 10. Comme prévu, Stefan Küng n'a pas insisté malgré sa troisième place au général avant cette étape. Plus surprenant, Marc Hirschi et Gino Mäder ont aussi dû lâcher prise.

Le premier Helvète à couper la ligne de la station thermale fut finalement Matteo Badilatti. Le Grison, coéquipier de Küng et Fabian Lienhard chez Groupama, a terminé 14e à quatre minutes. Badilatti est également le meilleur représentant au général à la 28e place (avec 9'39 de retard).

Vendredi, le peloton va se rendre d'Andermatt à Sedrun avec 130 km et deux cols à monter avec le Gothard puis le Lukmanier et enfin une partie de l'Oberalp en remontant cette vallée où le romanche est encore bien présent.