Une édition chamboulée mais un plateau royal

ats

3.12.2021 - 13:15

ats

3.12.2021 - 13:15

Julien Wanders visera une quatrième couronne lors de la 43e course de l'Escalade dimanche à Genève, une édition entravée par le Covid-19. Mais il ne partira pas favori face à une imposante armada kényane.

Julien Wanders visera une quatrième couronne lors de la 43e course de l'Escalade dimanche.
KEYSTONE

Wanders, qui recevra à l'occasion la médaille de bronze des Championnats d'Europe de cross 2019 redistribuée après la disqualification pour dopage du vainqueur Robel Fsiha, est traditionnellement très l'aise sur le sinueux parcours genevois (7,32 km). Il arrive en droite ligne d'Iten, sa base kényane, dans une forme encore perfectible après les ennuis de santé qui ont émaillé sa saison.

Pour s'imposer une quatrième fois d'affilée dimanche après 2017, 2018 et 2019 (l'édition 2020 a été annulée), il lui faudra se surpasser. De l'avis des suiveurs au Kenya, le favori sera son partenaire d'entraînement, le Kényan Boniface Kibiwott, impressionnant sur piste cette année.

Double vainqueur sur les pavés genevois, en 2015 et 2016, le recordman de Suisse du marathon Tadesse Abraham aura son mot à dire, tout comme une cohorte d'outsiders kényans. Chez les femmes, on s'achemine vers un duel entre la Genevoise d'adoption Helen Bekele Tola (ETH), quadruple gagnante aux Bastions, et la marathonienne zurichoise Fabienne Schlumpf.

Perte importante

Le Covid-19 donne des cheveux blancs aux organisateurs, qui ont dû prendre des mesures assez strictes. La jauge des participants a été réduite de moitié, avec 23'000 coureurs inscrits contre 46'000 en 2019. «Le manque à gagner en termes de finances d'inscription atteint 850'000 francs», explique le patron de la manifestation Jerry Maspoli.

Cette édition entraînera une perte importante, d'un montant à six chiffres. L'Escalade puisera dans ses réserves et compte sur le soutien de la Confédération. Parmi les mesures coûteuses ayant dû être prises figure l'installation de tentes supplémentaires où les coureurs effectueront leur enregistrement, sachant qu'il faudra contrôler leur «pass sanitaire».

Cette contrainte, qui s'ajoute à l'obligation générale du port du masque dans la zone de départ et sur le parcours y compris pour les spectateurs, pourrait dissuader de nombreux coureurs inscrits de se présenter. Même si les participants peuvent respirer (un peu): ils ne devront pas porter le masque en courant.

ats