Encore une médaille pour la Suisse grâce à Nikita Ducarroz !

ats

1.8.2021 - 04:22

ats

1.8.2021 - 04:22

Nikita Ducarroz s'est parée de bronze en BMX freestyle, discipline qui fait son apparition dans le programme olympique à Tokyo.

Nikita Ducarroz s'est parée de bronze le jour de la fête nationale en BMX freestyle, discipline qui fait son apparition au programme olympique à Tokyo. La Genevoise (25 ans le 12 août) assure ainsi une 12e médaille à la Suisse, la neuvième pour la gent féminine.

Vice-championne du monde à Montpellier il y a deux mois, Nikita Ducarroz s'offre donc un deuxième podium consécutif sur la scène internationale. Elle a parfaitement résisté à la pression dimanche, elle qui avait affirmé viser une médaille à Tokyo.

«Il y a beaucoup de travail derrière cette médaille», a-t-elle souligné, rappelant les immenses progrès effectués depuis le confinement l'an dernier. «Comme nous ne pouvions plus voyager, nous avons commencé à nous entraîner tous les jours», a-t-elle expliqué.

La Genevoise compte bien ne pas s'arrêter en si bon chemin. «J'espère être à nouveau de la partie en 2024 aux Jeux de Paris. Je ferai tout pour cela. Mais notre discipline progresse vite. Je devrai travailler encore plus pour rester au top», a-t-elle glissé.

«C'était mon jour»

«C'était mon jour», a-t-elle lâché. «C'était très spécial de nous retrouver aux JO. C'est incroyable d'apporter une médaille à la Suisse. J'espère que tout le monde a pu voir que nous pratiquons un vrai sport. J'espère aussi que ma médaille aidera à développer la discipline en Suisse», a lâché Nikita Ducarroz.

La Genevoise, qui réside Etats-Unis, a tremblé jusqu'au bout avant de savourer ce bronze décroché grâce aux 89,20 points obtenus sur son premier run. Après avoir chuté en deuxième manche et reculé au 3e rang, elle a vu l'Américaine Perris Benagas (4e) échouer à 0,70 point seulement.

«J'ai eu peur. J'étais très tendue en attendant la décision des juges, qui ont pris plus de temps que d'habitude pour donner leur note» après le passage de Perris Benegas, a raconté Nikita Ducarroz, qui a chuté sur son deuxième run à la réception d'un 540. «Il fallait que j'en mette un peu plus en deuxième manche.»

Pas trop de regret

Comme elle l'avait annoncé, Nikita Ducarroz a livré un premier run solide, sans prendre de risque inutile, pour pointer au 2e rang provisoire derrière la championne du monde Hannah Roberts. L'impressionnante prestation de Charlotte Worthington (97,50 points) en deuxième manche l'a cependant mise sous pression.

Mais elle n'a pas trop de regret à avoir. «J'étais satisfaite de mon premier run. J'ai utilisé toute la piste, j'ai effectué de grands tricks en essayant de garder le flow. Je pense que les juges ont apprécié. J'avais prévu d'autres figures en deuxième manche, mais ma chute m'a empêchée de les présenter», a-t-elle analysé.

Charlotte Worthington impressionne

«Hannah et Charlotte ont réalisé des runs vraiment bons. Je suis satisfaite de ma 3e place», a concédé Nikita Ducarroz, qui s'est dite impressionnée par la prestation de Charlotte Worthington. «Elle a réussi un 360 flip (un salto arrière avec une vrille), une première pour une femme en compétition», a-t-elle précisé.

Le premier titre olympique de l'histoire de la discipline est justement revenu à Charlotte Worthington, qui a pris tous les risques après avoir chuté en première manche. La Britannique de 25 ans, troisième des récents championnats du monde, a devancé de 1,40 point l'Américaine Hannah Roberts. L'Australien Logan Martin a quant à lui conquis l'or chez les messieurs.

Une tradition helvétique

Nikita Ducarroz, qui a soigné les troubles de l'anxiété rencontrés durant son adolescence grâce au BMX, perpétue par ailleurs la tradition helvétique dans les nouvelles disciplines olympiques. Elle imite Thomas Frischknecht, en argent en 1996 pour l'apparition du VTT, et le duo Brigitte McMahon/Magali Messmer, en or et en bronze lors du premier triathlon olympique féminin.

ats