Tokyo 2021

Surprise XXL sur le 100 m des Jeux olympiques !

ats

1.8.2021 - 15:01

ats

1.8.2021 - 15:01

Le nouveau roi du 100 m est l'Italien Marcell Jacobs. Ce natif d'El Paso au Texas a dominé contre toute attente la finale olympique en réussissant la course de sa vie, en 9''80, record d'Europe.

Le nouveau roi du 100 m est l'Italien Marcell Jacobs.
Keystone

Jacobs, tout en puissance et le buste bien relevé, a devancé à Tokyo l'Américain Fred Kerley, ancien coureur de 400 m et médaillé d'argent en 9''84, et le Canadien Andre de Grasse, bronzé en 9''89.

L'Italien de 26 ans succède au triple champion olympique de la spécialité, Usain Bolt. Il devient le premier Européen champion olympique sur la ligne droite depuis le Britannique Linford Christie en 1992 et le premier Italien couronné sur la ligne droite.

Nouvelle ère

Une nouvelle ère est ouverte sur le sprint masculin, en quête de leader après la suspension du champion du monde Christian Coleman (USA) et l'absence totale des Jamaïcains dans cette finale olympique.

La très maigre assistance - ça sonnait évidemment creux dans le stade aux 68'000 places - a vu l'un des triplés les plus improbables de l'histoire du sprint olympique. Lamont Marcell Jacobs - son nom complet - n'était jamais passé sous les dix secondes avant cette saison.

Il s'est révélé l'hiver passé en salle, avec un titre européen sur 60 m, et ensuite au petit meeting de Savone (ITA) en battant le record d'Italie en 9''95. A Tokyo, coup sur coup, celui qui est rentré jeune en Italie, le pays de sa mère, après avoir été abandonné par son père a porté le record d'Europe de 9''84 à 9''82 en demi-finale, puis à 9''80.

L'émotion de la mère

Il a approché de 0''03 la meilleure marque mondiale 2021 de l'Américain Trayvon Bromell, éliminé en demi-finale après avoir remporté quinze de ses seize courses précédentes.

La surprise Jacobs est telle que même World Athletics, l'organisation faîtière de l'athlétisme mondial, n'avait pas cité son nom dans ses prévisions, qui ratissent pourtant très large. L'an dernier, cet athlète de 1m88 pour 79 kg entraîné par Paolo Camossi n'était que 22e mondial, avec un chrono de 10''10.

A l'arrivée, le premier à féliciter Jacobs était son compatriote Gianmarco Tamberi. Ce dernier venait de partager l'or de la hauteur avec le Qatarien Mutaz Barshim (2m37) au terme d'un concours assez fou.

La maman de Jacobs, Viviana, était très émue. «La vie de Marcell a été un grand sacrifice», a-t-elle déclaré à l'agence de presse italienne Ansa. «Il a vécu sans père et j'ai agi comme son père et sa mère. Il a surmonté de nombreuses difficultés et maintenant il mérite tout ce qui lui arrive.»

Elle ne s'est pas montrée extrêmement surprise: «J'ai eu de bons sentiments après avoir passé un mois avec lui et ses frères à Tenerife. À partir de ce moment-là, ses plans ont changé, et il a gagné aujourd'hui», a ajouté Viviana, qui a suivi la course avec d'autres parents et amis du côté de Brescia, au bord du lac de Garde.

«J'ai dit qu'il était le nouveau Bolt. Il l'a prouvé, il est le plus rapide.»

ats