Pékin 2022

Pékin 2022 : vers un duel Feuz - Kilde en descente ?

ATS

5.2.2022 - 15:00

Le grand moment des JO aura lieu dimanche à 4h avec la descente messieurs. Dans le camp suisse, on attend forcément Marco Odermatt et Beat Feuz sur la bien nommée piste «Rock».

Beat Feuz décrochera-t-il une médaille dimanche matin lors de la descente des JO ?
Keystone

ATS

5.2.2022 - 15:00

Les images de quelques rubans blancs au sommet des montagnes de Yanqing ont fait le tour du monde. C'est donc sur la piste baptisée Rock que les spécialistes de vitesse vont se battre pour décrocher l'or olympique en descente.

Après le premier galop d'essai sur cette descente imaginée par Bernhard Russi et son futur remplaçant Didier Défago, les avis des skieurs étaient plutôt positifs. En bon Helvète, Marco Odermatt n'a eu que des mots gentils: «Il y a beaucoup de vitesse avec trois jolis sauts, c'est une belle descente.»

Belle, mais pas exigeante comme sur la Coupe du monde et notamment les trois dernières étapes de Bormio, Wengen et Kitzbühel. «Je dirais qu'elle est difficile, mais pas super difficile, analyse le leader de la Coupe du monde. Il n'y a pas de passages très techniques, donc c'est primordial d'avoir d'excellents réglages pour avoir une bonne vitesse. Ce sera déterminant.»

Trouver les bons réglages

Vainqueur à Kitzbühel, Beat Feuz n'a pas l'air stressé par cette échéance: «Bien sûr que c'est un highlight de la saison, mais pour moi Wengen et Kitzbühel étaient plus importants. La piste est jolie et je prends les jours au fur et à mesure. C'est évident que ce serait un rêve de remporter l'or, mais c'est une course d'un jour avec de nombreux facteurs et le fait que l'on découvre tous cette piste. Mais soyez sûrs que dimanche dans le portillon, je donnerai tout pour être devant.»

Le Bernois doit changer ses habitudes. Lui le routinier connaissant chaque mouvement de terrain sur la Coupe du monde doit, comme les autres, repasser par la case apprentissage. Lui qui ne se dévoile jamais aux entraînements et travaille seulement certains passages pour ménager son genou va devoir «abattre ses cartes» samedi. «Le genou va bien, on espère qu'il va rester stable», confesse-t-il.



La neige artificielle et les températures bien en-dessous de zéro (entre -15 et -20 degrés) rappellent aux coureurs les épreuves en Amérique du nord. «Une neige différente de l'Europe et relativement agressive précise Marco Odermatt. Ce sera un challenge de trouver les bons réglages.»

A la question de savoir ce que les athlètes connaissaient de cette piste avant d'y poser les skis, la réponse fut collégiale: «Rien.» «J'avais regardé une vidéo filmée par un drone, détaille Odermatt. Mais sans les portes et avec juste la neige, c'est très difficile de se faire une idée.

Les bookmakers votent Kilde

Parmi les favoris naturels, Aleksander Aamodt Kilde est celui qui a semblé le plus à l'aise après les deux premiers entraînements. Il a d'ailleurs remporté le deuxième test chronométrique devant Max Franz et Broderick Thompson. Sur les sites de paris en ligne, c'est le Norvégien qui dispose de la cote la plus basse devant Feuz.



Meilleur Suisse, Niels Hintermann a pris la 6e place à 0''48. Beat Feuz s'est classé 10e à 0''58, alors que Marco Odermatt n'a pas forcé avec son dossard 1 en terminant 38e à 2''22. Le quatrième Helvète au départ sera Stefan Rogentin.

Le troisième passage, prévu samedi, a finalement dû être annulé en raison d’un fort vent. Seuls trois concurrents, dont Aleksander Aamodt Kilde, ont pu s’élancer afin d’affiner leurs réglages avant le point d'orgue de dimanche.




ATS