Snowboard

Snowboard : plusieurs médailles suisses en géant parallèle ?

ATS

7.2.2022 - 15:00

La Suisse a un coup à jouer mardi lors du slalom géant parallèle des JO de Pékin. A Zhangjiakou, les snowboardeurs alpins helvétiques ont de quoi tirer leur épingle du jeu dans la course aux médailles.

Une médaille olympique est attendue du côté de Julie Zogg.
Keystone

ATS

7.2.2022 - 15:00

Depuis l'introduction du snowboard alpin au programme olympique en 1998, la Suisse a toujours glané au moins une breloque dans la discipline, à l'exception de l'édition 2010 à Vancouver. Cette année, elle pourra compter, tant chez les femmes que chez les hommes, sur des athlètes remontés à bloc.

Julie Zogg en locomotive

Chez les dames, la Saint-Galloise Julie Zogg sera la figure de proue de la délégation helvétique. Son entraîneur en fait même l'une des grandes favorites pour la médaille d'or. «Ici, elle a peaufiné les derniers réglages et a trouvé la bonne configuration. Je perçois chez elle une tension saine», se réjouit l'entraîneur David Wijnkoop.

Un peu en retrait, on retrouve la Glaronaise Ladina Jenny qui veut capitaliser sur ses deux podiums en Coupe du monde cet hiver. «Il ne lui manque plus que sa première victoire désormais» glisse son entraîneur.

La donne est en revanche bien différente pour Patrizia Kummer. Pas vaccinée, la Valaisanne s'est vue imposer un isolement plus long à l'hôtel, mais «elle a pu s'entraîner sur la neige avant le reste de l'équipe. Désormais, elle a retrouvé le rythme», dixit Wijnkoop.

Les forces tranquilles

Nelvin Galmarini et Dario Caviezel seront aussi en course côté masculin. Quatre ans après son sacre en Corée du Sud, le Grison de 35 ans arrive à Pékin avec des interrogations.

Handicapé par des blessures et le Covid depuis le début de la saison, Galmarini n'a pas obtenu les résultats escomptés. «Il est capable d'utiliser cette pression de manière positive. En plus, le tracé du parcours lui convient parfaitement», tempère Wijnkoop.

Le mental, c'est aussi l'une des armes de Dario Caviezel. «Il était trop impétueux il y a quelques années. Depuis, il a trouvé un bon équilibre, ce qui le rend très dangereux», analyse son entraîneur. Chez les messieurs, on mise donc sur la sagesse comme clé du succès.

ATS