Ligue 1 Enquête ouverte pour homicide volontaire avant Nantes-Nice

ATS

3.12.2023 - 08:16

Un supporter nantais a été mortellement blessé lors d'une altercation en amont du match de Ligue 1 Nantes-Nice, samedi soir à Nantes, dans des circonstances encore floues. Le parquet a ouvert une enquête.

Un supporter nantais a été grièvement blessé samedi soir (image d’illustration).
Un supporter nantais a été grièvement blessé samedi soir (image d’illustration).
KEYSTONE

ATS

3.12.2023 - 08:16

«Peu avant 20h, plusieurs véhicules VTC transportant des supporters niçois ont été pris à partie par des supporters du FC Nantes» alors qu'ils se rendaient au stade de la Beaujoire, a indiqué le procureur de la République de Nantes, Renaud Gaudeul.

«Au cours de ces évènements, dans des circonstances qui restent à déterminer, un homme âgé de 31 ans, supporter du FC Nantes, s'est effondré» et «est décédé sur place», a-t-il ajouté. «Malgré l'intervention rapide des secours, l'homme n'a pu être sauvé et est décédé sur place», souligne-t-il.

De premières informations sur ce drame avaient fait état d'un supporter seulement «grièvement blessé», comme l'avait déploré sur son compte X (ex-Twitter) le club nantais.

«Les toutes premières investigations médico-légales montrent que la victime présente une blessure dans le dos, pouvant correspondre à une arme blanche», des éléments qui seront affinés lors d'une autopsie, précise le procureur de Nantes.

Enquête pour homicide volontaire

Le parquet a ouvert une enquête pour «homicide volontaire», qui a été confiée conjointement à la direction territoriale de la police judiciaire et à la Sûreté départementale de Loire-Atlantique.

Selon une source proche du dossier, le supporter, membre du groupe de la Brigade Loire, aurait reçu un coup de couteau, probablement de la part d'un des chauffeurs de VTC pris à partie. Selon Ouest France, l'agresseur s'est rendu dans un commissariat dans la soirée.

«Toute la lumière devra être faite sur ce drame», a réagi dans un communiqué le premier adjoint à la ville de Nantes Bassem Asseh. «La violence n'a sa place ni dans les enceintes sportives ni en dehors».

ATS