Dario Cologna veut vaincre le signe indien aux Mondiaux

ATS

3.3.2021

Dario Cologna entretient une relation amour/haine avec la course individuelle du 15 km. Le Grison a souvent été poursuivi par la malchance aux Mondiaux. Il en est allé tout autrement aux Jeux olympiques.

Dario Cologna a souvent été poursuivi par la malchance aux Mondiaux.
Keystone

Dario Cologna a pris le départ de trois courses du 15 km aux JO et à cinq reprises aux Championnats du monde. Les résultats ne peuvent être plus disparates: sous les anneaux olympiques, le Grison, qui aura 35 ans la semaine prochaine, a triomphé à trois reprises, aux Mondiaux, il n'a jamais fait mieux que 6e. L'absence de succès n'était pas toujours due à ses propres infortunes.

Un regard en direction des anciennes courses de Cologna s'impose avant le 15 km style libre de ce mercredi (13h15) à Oberstdorf.

Pour sa première course en Championnat du monde de l'élite en 2009, Cologna avait laissé ses marques. A 22 ans à Liberec, il avait pris la 6e place en style classique. C'était alors le meilleur résultat d'un Suisse tant aux JO qu'aux Mondiaux sur cette distance. Du top 12 à l'arrivée en République tchèque, Cologna est encore le seul fondeur en activité.

A Vancouver en 2010, Cologna découvre les Jeux olympiques. C'est un coup de maître de la part du Rhéto-Romanche qui glisse sur les pistes de Whistler dans les Rocheuses. Avec un matériel au top, il est intouchable sur ce 15 km en style libre. L'Italien Pietro Piller Cottrer finit deuxième à 24''.

Tout auréolé de sa médaille d'or, le Grison espère briller à Oslo, théâtre des Mondiaux 2011. Cette fois-ci, le matériel n'est pas à la hauteur. Le fart n'est pas le bon. Il terminera à la 25e place. Deux ans plus tard à Val di Fiemme, Cologna remporte l'or sur le Skiathlon mais dans le 15 km, il ne peut rien faire contre l'armada norvégienne emmenée par Petter Northug. Il rallie l'arrivée en 8e position. Mais il prouvera sa forme quelques jours plus tard avec l'argent sur le 50 km.

Les larmes de Pyeongchang

A Sotchi, après sa victoire dramatique sur le Skiathlon où il est parvenu à passer par-dessus la douleur de sa blessure au pied, Cologna s'est attaqué au 15 km pour décrocher son troisième titre olympique. Nouvel exploit. Il avait rattrapé le Suédois Johan Olsson parti 30'' devant lui.

Ce dernier prendra sa revanche aux Mondiaux 2015 chez lui à Falun. Ce jour-là, Cologna reste empêtré dans la neige molle et humide, totalement désavantagé par son numéro de dossard élevé (71). Olsson moins bien classé à la FIS a bénéficié, lui, d'un petit numéro de dossard (17) qui s'avérera décisif.

Aux JO de Pyeongchang, Cologna fond en larmes lorsqu'il franchit en vainqueur la ligne d'arrivée du 15 km, style libre. Il s'impose avec 18'' d'avance sur le Norvégien Simen Hegstad Krüger. Ce sont les larmes de soulagement. Il est le premier fondeur à gagner trois fois de suite dans la même discipline aux JO.

Lors des derniers Championnats du monde à Seefeld en 2019, Cologna avait pris une bonne 6e place après "sa meilleure course de la saison". Mais elle ne lui avait pas permis de signer un nouvel exploit.

L'histoire montre qu'il n'y aucune autre course qui compte autant de surprises que le 15 km individuel. Sans la possibilité de petits jeux tactiques, c'est toujours le meilleur fondeur qui devrait s'imposer. Pourtant, ce n'est pas toujours le cas puisque chacun part individuellement et les conditions peuvent changer. Ainsi en Bavière cette année, les gros numéros de dossard pourraient bien être désavantagés par la température élevée qui devrait régner ce mercredi à Oberstdorf.