Pékin 2022

La dernière qui sonne pour plusieurs skieurs

voe, ats

18.1.2022 - 16:32

Dix skieurs et sept skieuses alpins suisses ont jusqu'à présent rempli les critères de sélection pour les JO de Pékin. Les courses de Kitzbühel et de Cortina le week-end prochain constituent la dernière opportunité de décrocher son ticket, la liste de Swiss Olympic et de Swiss-Ski devant être dévoilée lundi prochain.

Noémie Kolly a presque validé son billet pour Pékin.
KEYSTONE

voe, ats

18.1.2022 - 16:32

Deux semaines et demie avant le début des Jeux d'hiver, l'état de forme de nombreux skieurs est encourageant. A Wengen, Marco Odermatt, Beat Feuz et Daniel Yule ont fait en sorte qu'au moins un athlète de Swiss-Ski soit toujours sur le podium en super-G, dans les deux descentes et en slalom. Parallèlement, Lara Gut-Behrami (descente) et Corinne Suter (super-G) se sont classées dans le top 3 lors du week-end de vitesse des dames à Zauchensee.

Dans toutes les autres disciplines olympiques – à l'exception du combiné, qui n'est plus disputé en Coupe du monde – Swiss-Ski compte également au moins une place sur le podium cette saison. Les sept médailles remportées en 2018 à Pyeongchang représentent une récolte réaliste pour la Suisse, même sur les pistes chinoises, en grande partie inconnues. Avec Beat Feuz, Michelle Gisin, Wendy Holdener et Ramon Zenhäusern, le quatuor si performant en Corée du Sud est à nouveau présent quatre ans plus tard.

Chez les hommes, Odermatt et Feuz...

Du point de vue suisse, le plus grand espoir à Yanqing, le domaine skiable des JO situé à environ 75 km au nord-ouest de Pékin, s'appelle bien sûr Marco Odermatt. Sur les 27 top 3 obtenus cet hiver, dix l'ont été par le Nidwaldien. Dont la moitié en géant, discipline dans laquelle le «rookie» sera le grand favori aux Jeux. Et il peut aussi rêver de médaille en super-G et en descente.

Il en va de même pour Beat Feuz, qui compte quatre podiums en six descentes cette saison. Il est bien possible que son bilan soit encore amélioré ce week-end lors des deux descentes du Hahnenkamm. L'Emmentalois était rentré des Jeux d'hiver 2018 avec une médaille en descente (bronze) et une en super-G (argent).

...Gut-Behrami chez les femmes

Lara Gut-Behrami s'est également classée quatre fois dans le top 3 cet hiver, dans trois disciplines différentes. La gagnante du gros Globe 2016 n'a plus qu'une médaille d'or olympique à ajouter à son palmarès, après avoir remporté les titres mondiaux de super-G et de géant à Cortina il y a un an. B

La Tessinoise a certes manqué cinq courses pendant la période de Noël en raison d'une infection au Covid-19. Mais ellle est déjà proche de sa meilleure forme, comme elle l'a montré samedi dernier en remportant sa 34e victoire en Coupe du monde.

Cette saison, Michelle Gisin (une fois en géant et une fois en slalom), Niels Hintermann (descente), Wendy Holdener (slalom) et Corinne Suter (une fois en descente et une en super-G) sont également tous montés deux fois sur un podium en Coupe du monde. Daniel Yule a ajouté un 27e podium dimanche à Wengen en terminant 2e du slalom.

Une place à prendre chez les hommes

En plus des skieurs susmentionnées, Gino Caviezel, Justin Murisier, Loïc Meillard, Stefan Rogentin, Luca Aerni et Ramon Zenhäusern ont également rempli les critères de sélection chez les hommes, tout comme Jasmine Flury, Joana Hählen et Camille Rast chez les dames. Sauf blessure ou test positif de dernière minute, 17 des 22 places de départ suisses sont donc occupées.

Comme celles-ci sont attribuées paritairement entre les sexes, l'entraîneur en chef des messieurs Thomas Stauffer ne dispose plus que d'un ticket. Yannick Chabloz, qui a obtenu un «demi-ticket» en descente, bénéficie de deux chances supplémentaires à Kitzbühel après une pause forcée due au Covid-19.

Tanguy Nef pourrait également entrer en ligne de compte à l'heure de désigner les 22 sélectionnés. Mais en tant que spécialiste du slalom, le Genevois aura du mal à s'en sortir, les quatre billets semblant déjà attribués dans la discipline (Yule, Aerni, Zenhäusern, Meillard).

Un billet pour Aline Danioth ?

L'entraîneur en chef des dames, Beat Tschuor, dispose d'une marge de manœuvre bien plus importante. Priska Nufer a rempli la moitié des critères dans les deux disciplines de vitesse, tout comme la Fribourgeoise Noémie Kolly en descente et Andrea Ellenberger en géant.

Une sélection d'Aline Danioth pourrait également être envisagée comme un investissement pour l'avenir. Après deux graves blessures au genou, l'Uranaise entame tout juste son retour et a déjà marqué deux fois des points en slalom.

voe, ats