Martin Künzle : "Simon est comme une pochette-surprise"

hle, ats

18.11.2021 - 11:27

hle, ats

18.11.2021 - 11:27

La saison de saut reprend ses droits à Nizhny Tagil, dans l'Oural russe. Ce premier rendez-vous sera manqué pour Gregor Deschwanden, positif au Covid-19. Killian Peier, de retour de blessure, et l'éternel Simon Ammann, qui entamera sa 25e saison, seront eux de la partie.

Martin Künzle (à droite) espère une bonne surprise de Simon Ammann.
KEYSTONE

Avant de s'envoler pour la Russie, l'entraîneur Martin Künzle n'était pas vraiment en mesure de définir avec précision les ambitions de ses protégés pour cette étape inaugurale de la Coupe du monde. Les trois Suisses qui seront en lice reviennent ainsi tous de blessure: Peier retrouve la compétition après plus d'un an d'absence (déchirure du ligament croisé), Dominik Peter s'est blessé en mai au ménisque du genou gauche et Ammann s'est déchiré les ligaments du pied droit à fin août.

Pas attendre de miracles

Dans ces conditions, il serait exagéré d'attendre des miracles. Künzle n'est pas pessimiste pour autant. Les comparaisons avec les Allemands et les Polonais lors d'un camp d'entraînement à Zakopane ont été positives. «Je suis confiant pour Killian. Et Simon est comme une pochette-surprise. Quand ça compte, on peut espérer des choses extraordinaires de sa part.»

A 40 ans, Simon Ammann se retrouve pour la 25e saison en Coupe du monde. Il ambitionne de participer à ses septièmes Jeux olympiques après Nagano, Salt Lake City, Turin, Vancouver, Sotchi et Pyeongchang. Le quadruple médaillé d'or (deux à Salt Lake City et à Vancouver) a déjà la moitié de son billet en poche grâce à un 3e rang à Courchevel lors du GP d'été. Deschwanden, Peter et Peier (celui-ci grâce à ses résultats en été 2020) sont aussi bien partis. Pour le quatuor, une confirmation est demandée sous la forme d'un top 20.

«Je n'ai pas encore de grosses ambitions. Je ne sais pas vraiment où j'en suis, car je n'avais encore jamais si peu sauté durant un été», a expliqué Ammann, qui compte 23 victoires en Coupe du monde. La guérison de son pied a pris plus de temps que prévu, mais il se dit serein. «Je n'ai pas de plan précis et je n'ai rien à perdre», dixit le meilleur sauteur suisse de l'histoire.

Les mêmes favoris

En Russie, tout comme d'ailleurs pour l'ensemble de la saison, le cercle des favoris ne devrait pas beaucoup changer. On y retrouve les Polonais dont Kamil Stoch, récemment opéré à une cheville, le Japonais Ryoyu Kobayashi et encore les Allemands avec Markus Eisenbichler et Karl Geiger.

Il y a aussi évidemment les Norvégiens, emmenés par le vainqueur sortant Halvor Egner Granerud. Il a remporté le GP d'été pour démontrer que sa grande forme de l'hiver dernier (11 succès) n'avait pas disparu.

hle, ats