Sankt-Anton

Michelle Gisin doit revenir sur Petra Vlhova

jfd, ats

8.1.2021 - 14:44

Week-end de vitesse pour la Coupe du monde féminine, avec une descente et un Super-G au programme à St-Anton. Une bonne occasion pour Michelle Gisin de gommer une partie de son retard sur Petra Vlhova au général.

Très à l'aise en slalom et en géant, Michelle Gisin doit maintenant retrouver son feeling en vitesse.
Keystone

Pas le temps de profiter en ce début d'année 2021. La première victoire en Coupe du monde lors du slalom de Semmering, suivie par une 3e place dans le slalom de Zagreb, sont désormais «oubliées» pour Michelle Gisin.

La Coupe du monde est lancée en janvier sur un rythme plus que soutenu, et c'est très certainement là que le classement général peut se jouer. St-Anton, Flachau, Maribor, Crans-Montana, Plan de Corones puis Garmisch, soit un programme de onze courses en 22 jours! Les polyvalentes vont avoir pas mal de travail.

Très à l'aise en slalom et en géant, Michelle Gisin doit maintenant retrouver son feeling en vitesse. Sur ses dix dernières descentes, l'Obwaldienne n'a réussi à entrer que deux fois dans le top 10.

Elle avait pris la 3e place à Altenmarkt et récemment la 9e à Val d'Isère. Insuffisant. La courbe était ascendante entre 2017 et 2018, mais la grave chute de son frère Marc à Val Gardena voici deux ans et sa blessure à Garmisch dans la foulée ont ralenti sa progression.

Lara Gut-Behrami à l'aise

Les entraînements de l'Obwaldienne n'ont pas convaincu avec un 33e et un 32e rang, alors que Petra Vlhova a par exemple pris les 16e et 19e places. Et les Italiennes Marta Bassino et Federica Brignone semblent à l'aise sur cette piste autrichienne que la Coupe du monde n'a plus visitée depuis 2013.

C'est peut-être d'ailleurs pour cette raison que Lara Gut-Behrami s'est sentie à l'aise lors du premier entraînement, elle qui était déjà de la partie il y a huit ans. Le deuxième s'est moins bien passé, comme pour l'ensemble des Suissesses.

Corinne Suter va très certainement monter en puissance, mais elle n'a pas impressionné (14e et 17e). Hormis Bansko et sa piste si particulière, la Schwytzoise n'a plus quitté le top 5 en descente depuis deux ans. Sur ses cinq derniers Super-G, elle a aligné trois podiums et deux quatrièmes places. Et de rappeler que l'unique vérité, c'est celle de la course.

Retour à la page d'accueilRetour au sport

jfd, ats